Les Cowboys : un Western balloté dans la mouvance djihadiste

par

Par Florence Yérémian – Le film démarre dans la bonne humeur à un festival de Country Music dans la vallée du Rhône. Entre les chapeaux de cowboy, les santiags et les joyeux pas de deux, une jeune fille de seize ans disparaît sans laisser de traces. Ses parents songent d’abord à une fugue ou a un enlèvement mais c’est un scénario bien plus inquiétant qui se profile: la taciturne Kelly est tout bonnement tombée dans les griffes de la mouvance islamiste en se faisant enrôler par son propre petit ami, Ahmed.
Refusant de perdre sa fille, Alain part à sa recherche en compagnie de Georges, le frère cadet de Kelly. Débute alors une quête improbable qui les conduira de la banlieue d’Anvers jusqu’au fin fond du Pakistan à la poursuite de la candide Kelly devenue à présent Aafia Khalid…

Le long métrage de Thomas Bidegain met un certain temps à s’enclencher mais il est fort bien filmé. Insistant sur les gros plans, les travelling avant et l’immersion totale de sa caméra, le réalisateur nous fait ressentir en permanence la tension nerveuse de cette famille déchirée par l’incompréhension et la peur de ne plus jamais revoir leur enfant. Arpentant les routes de Sedan dans la nuit ou évoquant de façon elliptique les déserts du Yémen, Thomas Bidegain demeure intentionnellement flou quant aux lieux et aux repères temporels de son histoire afin de montrer au spectateur à quel point il est difficile de remonter ce type de filière d’endoctrinement.
Porté par la musique ample et mélancolique de Raphaël, la trame se dessine essentiellement autour de quatre personnages: il y a Kelly (Iliana Zabeth) qui disparait dès le début du film, sa mère (Agathe Dronne) discrète et bien trop résignée, son père Alain (François Damiens) qui se décompose psychologiquement au fil de l’enquête et enfin, Georges, surnommé « Kid » (Finnegan Oldfield), le petit frère silencieux, qui va peu à peu sortir de son mutisme pour tenter de sauver son ainée.

La tension du film repose de bout en bout sur le très beau tandem père-fils: bien qu’il soit dépassé par les évènements et la mouvance djihadiste, c’est avec une pudeur et une détermination obsessionnelle que François Damiens donne vie au personnage d’Alain. A côté de son imposante présence physique, le jeune Finnegan Oldfield est tout en nuances et ne révèle que progressivement son talent d’acteur: tour à tour sensible, fougueux, les yeux graves ou l’arme au poing, il offre à son protagoniste un visage multiple et lui permet de murir et de s’affirmer tout au long du scénario. En suivant le questionnement permanent de Kid quant au devenir de sa soeur, les spectateurs s’interrogent à leur tour: Pourquoi Kelly est-elle tombée dans un réseau de fanatiques ? Pourquoi s’est-elle convertie? De quoi cette gamine a-t-elle manqué auprès de sa famille pour aller chercher si loin son bonheur? L’a t’elle enfin trouvé? …
En contrepoint de ces questions « intimistes », Thomas Bidegain se permet également de poser un regard amer sur une France de l’ombre avec ses passeurs, ses délinquants ou ses réseaux clandestins.
Dénonçant la passivité du système policier, le réalisateur d’origine basque ponctue son film avec de tristes clins d’oeil aux grands attentats de ce siècle : en filigrane se détachent ainsi des images des attaques du 11 septembre, de Madrid ou du métro de Londres.
Avec l’attentat dramatique de ce 13 novembre 2015, ce western contemporain est hélas complètement rattrapé par l’actualité, ce qui lui confère une tout autre dimension. En voyant les centaines de morts du Bataclan et des autres attentats parisiens, l’on regrette que son épilogue soit aussi mitigé: Pourquoi Thomas Bidegain demeure t’il dans le flou final alors qu’il nous a porté durant près de deux heures dans une poignante quête de justice? Tente t’il de nous livrer un pseudo-message de tolérance et de miséricorde ou d’esquiver son parti pris?

Les Cowboys? Un film qui touche du doigt les prémices de la radicalisation islamiste de jeunes français.

Les Cowboys
Un film deThomas Bidegain
Avec François Damien, Finnegan Oldfield, Agathe Dronne, Ellora Torchia, Antoine Chappey, Maxim Driesen, Jean-Louis Coulloc’h, Iliana Zabeth, John C. Reilly
2015 – 1h44

Sortie nationale: le 25 novembre 2015

Lire aussi :

Dis Maîtresse ! : une tendre réflexion sur l’Ecole de la République

Le Prophète : un conte poétique pour enfants philosophes

My skinny sister : un autre regard sur l’anorexie

En mai, fais ce qu’il te plaît : un film tissé d’amertume et d’émotion pastorale

Mon Roi : Autopsie d’une passion dévastatrice, le nouveau film de Maïwenn

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à