Jax Miller : furia au Kentucky

par

Par Marc Emile Baronheid – « La maison sent le citron et le cake à la banane. Une trotteuse égrène les secondes dans le salon douillet. Les canapés anciens donnent l’impression de ne jamais avoir été utilisés; des pelotes de laine rose et une paire d’aiguilles à tricoter sont posées sur

un fauteuil à bascule dans un coin de la pièce, près d’une petite fenêtre avec vue sur l’allée du garage ». Enfin un polar paisible, où tout est calme et ronronne du plaisir de vivre ? Absolument pas. Ceci était la seule trêve, dans un récit halluciné et violent. Un moment incongru, comme trois mesures de Laurent Voulzy glissées dans un déferlement de Death Metal. La partition est emportée par Freedom Oliver, une alcoolique suicidaire. Elle tente depuis des années d’échapper à sa belle-famille qui veut lui faire la peau, non sans lui infliger au préalable les pires sévices. Son parcours est une odyssée désespérée à travers un long « couloir sombre qui empeste les cailloux de crack et la pisse aux antibiotiques ». On y croise une terrifiante brochette de dégénérés : Pieds Nickelés furieux, fanatiques religieux, flics véreux. Parfois, une âme pure tente de canaliser le cyclone dévastateur propagé par Freedom. Enragez-vous qu’elle disait.

« Les infâmes », Jax Miller, Ombres Noires, 21 euros

Lire aussi dan notre sélection « Polars » :

Editions Jigal : Philippe Georget tient le cap

Bertrand du Chambon : la vraie bonne surprise d’un polar

Nicolas Mathieu : l’histoire d’un monde qui finit

La Dame en Noir : noces de Platine avec Gallimard et un lectorat à la fidélité relative

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à