Holly Goddard Jones, une candeur désarmante à écrire sur l’humanité

par

Par Nicolas Vidal – bscnews.fr / La citation de William Faulkner en incipit du livre donne déjà de sérieuses garanties sur la qualité du recueil de nouvelles d’Holly Goddard Jones : « Les femmes ne sont jamais vierges. La pureté est un état négatif et de fait contre nature »

Holly Goddard Jones dissèque en cinq longues nouvelles les soubresauts d’une Amérique du MidWest et du DeepSouth au plus près des gens et de leur existence, au coeur toutes les grandes questions de l’existence et des petites compromissions de la vie qui animent les personnages d’Holly gooddard Jones dans des mises en scène aussi banales que tragiques.
Pouvons-nous y déceler quelques passerelles entre ces deux états de fait ? C’est avec brio que l’auteur américaine s’emploie à décrire, à mettre en lumière et à analyser ces existences chahutées par les tourments de la vie et les comportements humains qui s’y affirment ou s’y délitent.

« Personne ne vous parlait de ces moments-là dans la vie d’un couple : quand la proximité et le temps finissent par générer de la méchanceté. Quand deux personnes respectables peuvent révéler ce qu’elles ont de pire en elles, tout simplement parce que c’est dans l’ordre des choses

Holly Goddard Jones semble s’adresser à nous à chaque page en mettant le doigt sur des situations qui nous paraissent familières et banales. Cependant, son talent de noveliste est si abouti qu’elle confère à ses morceaux de vie une fragilité humaine si précieuse quelle en est déconcertante.

« Les filles savent y faire, Matt. Mon erreur, ça a été de sortir avec une fille plus intelligente que moi. Je le reconnais, merde. Les études, je n’en ai jamais rien eu à faire. Mais une fille intelligente, elle t’obsède, elle fout le bordel dans ta tête et puis elle retourne ça contre toi, et finalement tout est plus ou moins de ta faute. Tina devrait remporter la palme.»

Ne cherchez pas «Une fille bien» d’Holly Goddard Jones dans les têtes de gondoles pour la Rentrée littéraire car le roman est paru dans la collection Terres d’Amérique (Editions Albin Michel) en 2013. Mais il n’a jamais été prouvé que les bons recueils de nouvelles ont une date de péremption. Au contraire, ils se bonifient avec le temps des lectures. Nous vous recommandons donc de vous ruer sur le recueil de nouvelles d’Holly Goddard Jones et apprécier cette nouvelle voix de la littérature américaine.

Holly Goddard Jones
Une fille bien
Editions Albin Michel
Collection Terres d’Amérique
400 pages
22,50 euros

Le site officiel d’Holly Goddard Jones

(Crédit Photo Morgan Marie)

Lire aussi :

Paul Vacca : Super Héros malgré lui …

Guerre d’Espagne : l’histoire de Mika Etchebéhère

Catherine Siguret : une autre idée du parisianisme conformiste

Sarah Waters : 700 pages qui crucifient la tentation de chasteté

Angela Huth : les femmes dans tous leurs états

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à