Les voisins: une pièce d’une simplicité intrigante

par

Par Florence Yérémian – bscnews.fr / Laheu et Blason sont voisins. Le premier vit avec son fils un brin demeuré, quant au second il est veuf et partage sa maisonnette avec Alice, sa fille. Cela fait près de trente ans que les deux compères se côtoient et qu’ils s’apprécient mutuellement. Chacun travaille, leurs enfants semblent s’aimer et les fins de journées de ce petit monde se terminent souvent autour d’un verre sur la terrasse commune. Seulement voila: « sous » cette même terrasse, le prudent Blason a dissimulé toute sa fortune avec la complicité de Laheu. Du jour au lendemain, ce patrimoine doré disparait et laisse place à un horrible doute : qui a volé le trésor de Blason? Et si, après tout, c’était les voisins?

Cette pièce signée Michel Vinaver se savoure comme un bon polar: à partir d’une histoire de voisinage assez banale, l’auteur invite son public à chercher graduellement le coupable du crime. Bien que la trame mette un certain temps à démarrer, la mise en scène de Marc Paquien parvient à créer un parfait climat de suspicion: en scandant chaque épisode de pauses silencieuses, il fait monter la tension autant que le suspens. En effet, ses brusques « arrêts sur image », instaurent de véritables respirations au fil du texte qui incitent les spectateurs à cogiter.
Le quatuor d’acteurs évoluant au sein de ce microcosme est très complice. C’est à Patrick Catafilo que revient le rôle haut-en-couleurs de Blason. Lustrant ses lingots avec panache ou piquant de vives colères, il est aussi guilleret que fataliste. Face à la perte de son précieux trésor, il commence à rire jaune, devient suspicieux, s’acoquine avec la vinasse et finit par avoir une glotte des plus braillardes. A côté de ce personnage comique mais quelque peu névrosé, se trouve Laheu, son paisible acolyte. Entrepreneur sans grande ambition, il est interprété avec plus de réserve par Lionel Abelanski. La voix basse et l’air endormi, ce protagoniste discret partage son morne quotidien avec son étrange fils Ulysse (Loïc Mobihan) : la gestuelle gauche et l’oeil hagard, ce simple d’esprit possède un profil aussi infantile que déstabilisant. Aimé d’Alice pour sa beauté et son innocence, le fragile Ulysse s’avèrera être l’un des éléments clef de l’intrigue… Au coeur de ce trio très masculin, reste enfin Alice, incarnée avec beaucoup de franchise par la toute jeune Alice Berger. Belle rouquine aux pensées limpides, cette comédienne simple et spontanée apporte une grande authenticité à l’ensemble de cette singulière partition théâtrale.
Si vous appréciez les enquêtes policières teintées d’ironie, venez donc partager les querelles de Blason et Laheu autour de leur terrasse: emportés par le cynisme et l’écriture cabossée de Vinaver, vous constaterez que par-delà la convoitise et le mensonge, les grandes amitiés demeurent.

Les voisins
de Michel Vinaver
Mise en scène Marc Paquien
Avec Lionel Abelanski, Alice Berger, Patrick Catalifo et Loïc Mobihan

Théâtre de Poche
75, boulevard du Montparnasse – Paris 6e
Réservation: 0145445021

A partir du 4 septembre 2015
Du mardi au samedi à 21h
Le dimanche à 15h
www.theatredepoche-montparnasse.com

Lire aussi :

En avant, marche! : un hommage pittoresque à l’esprit des fanfares

Go down, Moses : la parabole assourdissante et énigmatique de Romeo Castellucci

Les Fausses Confidences de Luc Bondy: mais où est passé le marivaudage ?

L’oiseau vert : un enchantement théâtral!

La Compagnie Marius : un Figaro convivial et décalé

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à