Zo : road movie et rencontre dans les Paradis ordinaires

par

Par Nicolas Vidal – BSCNEWS.FR / Voilà une tendre découverte de la chanson française qui ne pousse pas à la miévrerie des voix fluettes ou exagérées pour faire comme si. Non ! Bien au contraire ZO dépose sur la scène un second album très agréable, frais et bien équilibré entre folk, chansons et belles mélodies. « Les paradis ordinaires » tracent une ligne d’horizon sur les possibilités heureuses et malheureuses d’une vie.

Zo chante avec finesse et élégance sans forcer le trait. Un chanteur français que l’on vous invite à découvrir sur cet agréable chemin qui emmènera jusqu’à l’embarcadère où ZO vous attend. Une belle découverte sur laquelle ZO nous en dit plus. Entretien.

ZO, une première question : la genèse de votre nom de scène ?
Le nom est venu très spontanément, il m’a plu par sa sonorité et par la lettre ‘Z’ .

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre premier album  » Les dents de scie » sortie en 2009. Où a-t-il pris naissance ?


« Les dents de scie » était le nom que j’avais donné au groupe qui m‘accompagnait. Le nom est « sous mon pébroque ». C’est un premier album avec tout l’attachement que l’on peut avoir avec son premier opus. Né plus de concerts que du studio car cet album a d’abord existé en ‘live’. Ce qui a été l’inverse pour ‘Les Paradis Ordinaire’.

Lire aussi :

Dom Flemons : les racines musicales de l’Amérique

Yael Naim :  » Une chanson arrive comme elle arrive »

Orianne Moretti : une intellectuelle romantique et passionnée

Yana Bibb : la fille (indépendante) de son père

Fraser Anderson : un songwriter écossais pas si maudit que cela

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à