La Volante : Nathalie Baye part en Vendetta !

par

Par Florence Yérémian – bscnews.fr / Le jour de la naissance de Léo, son père Thomas tue accidentellement un adolescent. Neuf ans plus tard, la mère de ce dernier décide de venger la mort de son fils en devenant « Marie-France », la secrétaire intérimaire de Thomas. Au fil des jours, elle s’immisce stratégiquement dans la vie professionnelle et intime de son nouveau patron au point de lui devenir peu à peu indispensable…

Dans ce film à suspens, Nathalie Baye porte son personnage de Mater Dolorosa avec une force et une sensualité surprenantes. Le visage aussi insondable que ses pensées, elle diffuse lentement le venin d’une mère qui ne peut se résigner au deuil de son enfant. Derrière son masque et sa fausse bienveillance, elle conserve sa haine en suspend et tisse une incroyable vengeance pour détruire toute la famille de Thomas. Interprété avec discrétion par Malik Zidi, ce père naïf ne détecte rien à la parade intrusive de Marie-France. Meurtrier malgré lui, il se laisse mener inconsciemment par son irréprochable secrétaire sans déceler ses manigances. Il en va de même pour son père, Eric, incarné avec beaucoup de charme par l’excellent Johan Leysen: la gestuelle généreuse et l’oeil lumineux, le vieil homme tombe à son tour sous la vindicte élégante de la troublante Marie-France. Dans cette danse aussi macabre que machiavélique, seul le petit Léo (Jean-Stan Du Pac) semble avoir deviné les intentions fallacieuses de cette « volante » qui n’a de cesse de le considérer comme son propre fils…
Véritable drame psychologique, La Volante a soigneusement été conçue par Christophe Ali et Nicolas Bonilauri. Afin d’accentuer l’ambiguïté et l’atmosphère inquiétante de cette tragédie contemporaine, ces deux réalisateurs ont brillamment orchestré leur long-métrage en mettant en exergue les regards, les gestes et les silences de leurs protagonistes. Il en ressort un thriller sombre et énigmatique magnifiquement souligné par la musique de Jérôme Lemonnier. Bien que l’on se laisse pas à pas emporter dans la quête de justice de cette mère démentielle, l’on regrette que son approche meurtrière soit aussi excessive : des assassinats plus feutrés auraient donné d’avantage de véracité à l’ensemble du scénario ainsi qu’à la très belle prestation de Nathalie Baye.

La Volante? Une oeuvre subtile et inquiétante

La Volante
Un film de Christophe Ali et Nicolas Bonilauri
Avec Nathalie Baye, Malik Zidi, Johan Leysen, Jean-Stan Du Pac, Sabrina Seyvecou, Pierre-Alain Chapuis et Aissatou Diop
France – 2015 – 1h27
Sortie le 2 septembre 2015

Lire aussi :

Ant-Man: Un Marvel plein d’humour !

Dior et moi : les prémices d’une collection couture signée Raf Simons

Snoopy : ses débuts au cinéma !

Daddy Cool : le parcours chaotique d’un papa bipolaire

Microbe et Gasoil: les aventures déjantées de deux adolescents en cavale

Tale of Tales: un film baroque, cruel et merveilleux

Franny : un philanthrope en détresse

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à