Brassens et Toussenot: Les copains d’abord

par

Par Florence Gopikian Yérémian – Bscnews.fr/ Cet hommage scénique à Georges Brassens prend place dans sa chambre avec pour tout décor une table, un lit et, bien sûr, une guitare. C’est ainsi que vivait l’artiste, Impasse Florimont, durant ses années crève-la-faim… Entouré de Jeanne et de son époux l’Auvergnat, il passait ses journées à l’ombre de sa Muse et de quelques vieux livres. Au coeur de cette misère quotidienne, le jeune Brassens de 25 ans avait un compagnon de plume nommé Roger Toussenot. Au fil de leurs échanges épistolaires, le grand écrivain provoquait le rimailleur et ensemble, ils philosophaient lyriquement sur toutes sortes de sujets.

Séduit par cette correspondance libre et fraternelle, les acteurs Vincent Mignault et Nicolas Fumo ont eu envie de la mettre en scène. A travers un florilège de lettres choisies, ils ont orchestré une lecture poétique permettant aux spectateurs de découvrir une part intime et encore méconnue de Georges Brassens. Afin d’animer cette partition théâtrale, ils ont opté pour une scénographie dépouillée mais inventive: un mélange de chansons et de strophes ponctuées d’origami, de dialogues tendres et de casse-croûtes partagés sans prétention avec le public.
C’est Vincent Mignault qui tient respectueusement le rôle du grand chantre. De son timbre grave et bougonnant, il nous lit les missives de Brassens tout en taquinant sa Muse pour qu’elle le laisse tranquille ou lui apporte l’inspiration. A bien y penser, c’est elle qui mène l’ensemble de la pièce: interprétée avec enthousiasme par l’espiègle Laure-Estelle Nézan, elle nous offre une lecture originale des textes de Brassens. De sa voix vive et lumineuse, elle évoque Corne d’Aurochs, la jalouse Püpchen ainsi que les amis que Georges croisait au siège du Libertaire. Elle met aussi en avant la générosité de l’Auvergnat et celle de sa femme Jeanne, cette godiche au grand coeur qui hébergea amoureusement Brassens au sein de sa bicoque. C’est à Amélie Legrand que revient le rôle de cette mère universelle qui tomba malgré son âge sous le charme de son jeune protégé.
Ces gens simples ont accompagné durant des années le bourbier créatif de ce vagabond des vers. En entremêlant leur présence à celle de Toussenot (sobrement représenté par Nicolas Fumo), cette pièce intime invite le public à capter l’univers révolté dans lequel s’est forgée l’écriture de Brassens. Car c’est bien ici qu’est née sa verve si libertaire : au sein de ce vivier intello-populaire où l’on parlait sans aucune distinction des filles de joies, des démunis ou des écrits spirituels de Gide et d’Aragon.
Ponctué de coups de gueule et d’émotions simples, ce spectacle chantant est un beau moment de partage qui laisse transparaitre toute l’humanité de Brassens. Précisons néanmoins qu’il est préférable de connaitre la vie et les amis du ménestrel pour pouvoir apprécier cette mise en scène à sa juste valeur.

Brassens: Lettres à Toussenot
Adaptation et mise en scène : Vincent Mignault et Nicolas Fumo
Scénographie: Solène Ortoli, Karine Boutroy et Elise Benard
Avec les comédiens de la Compagnie « Je suis ton père »: Vincent Mignault, Laure-Estelle Nézan, Nicolas Fumo et Amélie Legrand

Les dates:

Reprise du spectacle à partir du 7 mars 2016
Funambule Montmartre
53 rue des Saules – Paris 18ème
Réservation :
0142238883

– Jusqu’au 14 juin 2015 les vendredis et samedis à 19h, les dimanches à 15h au Guichet Montparnasse ( 15 avenue du Maine – Paris 14e )

Réservation: 0143278861
www.guichetmontparnasse.com

– Au Guichet-Montparnasse : du 3 septembre au 17 décembre 2015 les jeudis à 19h et les dimanches à 18h.

– Au Festival Coups de Théâtre de Massy: le dimanche 11 octobre 2015 à 14h

A voir aussi ( ou pas…):

Le Roi Bohème: un monologue enjoué et athlétique !

Le dernier cri de Constantin : comédiens et marionnettes sur les bancs de l’école

Benoit Solès redonne du Panache à Cyrano!

On purge bébé : une pièce qui tourne trop autour du pot

Du domaine des Murmures: une performance mystique

Blanche: une humoriste qui pratique le politically incorrect avec brio

Touchée par les fées: une pièce thérapeutique pour Ariane Ascaride

L’Appel de Londres: un remède idéal contre la déprime nationale!

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à