L’expérience amoureuse chez Feydeau décortiquée par des scientifiques: une étrange démarche

par

Par Florence Gopikian Yeremian – bscnews.fr/ À travers l’analyse en temps réel d’une pièce de Feydeau, cinq comédiens se proposent de décortiquer devant vos yeux les engrenages de l’amour. L’expérience commence sur scène où prennent place la Doctoresse Patrice et le Professeur Jean-George. Tous deux sont surdiplômés en psychologie, amour chimique et mécanique quantique. Avec l’aide d’un étrange laborantin, ils ont mis en place « La C.U.B.E », une centrifugeuse universelle à bipolarité émotionnelle. Cette installation révolutionnaire va leur permettre d’étudier directement les comportements amoureux d’un couple: à partir du stade initial de « partage des gamètes » jusqu’au stade final des scènes de ménage!

Pour ce faire, ils introduisent deux êtres lambda dans leur « Cube » et les regarde évoluer au sein d’une pièce de Feydeau qu’ils ont préprogrammée dans leurs innocents cerveaux: Feu la mère de Madame. Au fil de l’expérience, les combinaisons se brouillent progressivement et les comportements commencent à vagabonder dans des directions inattendues: au sein de leur « arène  » les deux cobayes, Franck et Georgia, tombent réellement amoureux tandis qu’à l’extérieur de ce ring virtuel, les médecins se laissent aussi chavirer dans une idylle accidentelle!
C’est avec une belle énergie que les comédiens de la compagnie Hocemo Théâtre s’attellent à nous emporter dans ces jeux de l’amour : les questions ne s’arrêtent pas, les réponses fusent du tac au tac, les incantations maléfiques s’agrémentent de poupée vaudou et les actes de la pièce prennent des allures de « rounds » chronométrés par un cor qui nous explose les tympans. On salue particulièrement la prestation de Georgia (Claire Pouderoux) qui, aux côtés de son Franck psycho rigide, explose la scène avec son époustouflant débit de paroles et son énergie ultra communicative !
Sachez cependant que si vous cherchez à voir un vaudeville traditionnel, cette pièce n’en est pas un ! Elle évolue, en effet, à mille lieux du théâtre de boulevard. Maitre Feydeau y est d’ailleurs plutôt malmené et les scènes légères de Feu la mère de madame s’égarent souvent dans d’étranges dédales. Il en va de même pour la bande son qui passe de Mozart à Piaf de façon totalement décalée. On apprécie néanmoins la mise en scène d’une « pièce dans la pièce  » qui nous convie à une exploration clinique de l’amour. A travers cette démarche scientifico-psychologique, les comédiens nous offrent ainsi toute une palette de questionnements : l’amour est-il mécanique? chimique? scientifiquement explicable? Ne vaut-il pas mieux, en fin de compte, cessez de s’interroger sur les ruses de Cupidon et rire pleinement de ses envoûtements? A vous de voir…

Feu la mère de madame
D’après Georges Feydeau
Création collective de la compagnie Hocemo Théâtre
Avec : Gery Clappier, Julien Large, Claire Pouderoux, Damien Prevot, Lise Quet

Théâtre de Belle Ville
94, rue du Faubourg du Temple – Paris 11e
M. Belleville ou Goncourt

Jusqu’au 2 février 2014 du mercredi au samedi à 21h30 et dimanche à 17h
Réservations: 0148067234

A découvrir aussi:

Le mythe de Dom Juan revisité par un tandem aussi cocasse que séducteur

La trilogie Münchausen : place aux joutes oratoires du Grand Siècle!

Escort-moi ou quand deux êtres refont leur monde

Kheiron : le prince du stand up

Frederick Sigrist : une autopsie politico-sociale pour dépeindre l’actualité

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à