Libertin : Une interjection qui prête aujourd’hui à sourire

par

Par Marc-Emile Baronheid – bscnews.fr / « Libertin ! » : de nos jours, l’interjection prête à sourire. Elle évoque une pratique à la page, sofitellement agréable, socialement valorisante pour certains, voire politiquement correcte.

Ce ne fut pas toujours le cas. Giordano Bruno, Descartes, Spinoza subirent ce qui était alors une invective. Parmi ceux qui stigmatisaient ainsi l’hétérodoxie d’un adversaire : Calvin, Pascal, Leibnitz. L’épicurisme et la pensée libre figuraient au catalogue de l’opprobre. Un ouvrage pointu et fouillé retrace les méandres, les éclats, l’âge d’or, à une époque où elle déchaînait les âmes vertueuses et prétendait constiper les tempéraments, d’une manière de vivre insubmersible, pratique dans laquelle la grande Colette distinguait une curiosité allègre. On peinera à en trouver trace dans ce livre.

« Libertin ! – Usage d’une invective aux XVIe et XVIIe siècles », s.d. Thomas Berns, Anne Staquet et Monique Weis, Classiques Garnier, 34 euros

Lire aussi :

Pierre Bergougnioux : les vices originels de l’écriture

Pierre Drachline face aux « moutons » égocentriques que nous sommes

Éducation : la vie secrète des profs

Angela Merkel : une allemande (presque) comme les autres

Karim Mokhtari : un formidable message d’espoir

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à