Franck Ruzé : une «quête des sens à contresens»

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ Tennessee est étudiante en psycho. Pour payer ses études, elle travaille dans une agence de luxe en tant que prostituée. Tennessee a des parents aimants, un « amoureux » attentionné et elle est très jolie et pertinente. Alors quel est le problème?

Pourquoi vend-elle son corps pour de l’argent en se refusant tout état d’âme? Prêté à tout pour augmenter sa valeur marchande, elle considère qu’elle est une marchandise comme une autre. Grace à des opérations chirurgicales régulières, elle renaît vierge et vend à prix d’or son dépucelage. Tennessee a perdu le sens des choses et ses visites régulières chez le psychologue ne l’aident pas beaucoup car elle applique sa propre thérapie qui consiste à persévérer là où réside sa faille: abusée lorsqu’elle était adolescente, elle a choisi de faire du sexe son beurre et sa rédemption.
La plume de Franck Ruzé est d’une extrême violence de par sa syntaxe épurée et ses chapitres très courts qui sont souvent des constats plombants d’une humanité qui dysfonctionne. Il faut avoir l’âme bien accrochée pour plonger dans le cynisme et la réalité écœurante de cette prostitution de jeunes femmes fraîches et soumises. La résignation de Tennessee donne envie de hurler tant elle est le manifeste d’une génération qui a perdu le sens des choses. Sacrifiée par l’égoïsme d’adultes irresponsables, elle pense cependant avoir une maîtrise sur sa vie. Utilisant la focalisation interne, l’enfermement du lecteur dans le raisonnement placide et passif de Tennessee est souvent insupportable…mais efficace. Saurait-il cependant dissuader ceux qui profitent de cette jeunesse désabusée et sans repère? Franck Ruzé conclut sur une lueur d’espoir que l’on apprécie…même si la réalité qui la provoque – et ce sera notre bémol – ne produit pas souvent les lendemains sereins et enchantés que sa plume laisse sous-entendre…mais qui sait pour Tennessee?

«  Chez nous, les visages sont floutés, quand les filles sont au catalogue; moi, je suis hors catalogue, évidemment, pour pouvoir renaître vierge, avec un nouveau prénom. C’est marrant, je dis chez nous: l’esprit de société, de groupe. elles sont donc en train de plancher, au marketing, sur une façon de continuer à faire vivre le côté « secret », même si nous devrons, à terme, communiquer sur les médias de lasse pour survivre. « 

L’échelle des sens
Franck Ruzé
Editions Albin Michel
Prix : 15 €

Crédit-photo: Mathieu Bourgois

A lire aussi:

Gilles Paris : Grandir, un drôle de verbe.

Ruth Ozeki : une quête du temps émouvante

L’invention de nos vies : un roman féministe

Pierre Mérot : une histoire qui sent le soufre

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à