Pockemon Crew : de la Breakdance au Swing des Années 30

par

Par Florence Gopikian Yérémian – bscnews.fr/ Dans la sphère mouvante des Dance Battles, les Pockemon Crew sont parmi les plus titrés au monde. Originaires de Lyon, ces breakers invétérés ont su conquérir l’Hexagone depuis une dizaine d’années et continuent de mener des compétitions aux quatre coins de la planète.

Pour le plus grand plaisir de leurs fans mais aussi des néophytes, ils ont mis en scène un spectacle aux antipodes de leurs performances habituelles : un hommage dansé aux films noir et blanc des Années 30 !
Sous la direction de Riyad Fghani, le spectacle se déploie en une succession de tableaux ultra rythmés : dans un décor de vieilles bobines et de projecteurs cinématographiques, apparaissent nonchalamment des employés en canotiers et de grosses pointures du 7e art paradant sous leurs hauts de forme. Sur une musique jazzy qui envahit progressivement la scène et le public, naissent alors des chorégraphies élégantes entrelacées de figures de breakdance. Au son des cuivres et des percussions s’enchainent alternativement des claquettes, des vrilles, des swipes ou des pas de Charleston. Bien que le swing et les acrobaties fusionnent parfaitement, on sent que ces B-Boys manquent encore un peu d’aisance dans ce genre de chorégraphie : ils ont la volonté et le talent mais n’atteignent pas la synchronisation suffisante pour ce type de show. Leurs sourires et leur énergie sont cependant communicatifs, et leurs battles d’automates impressionnantes ; l’un d’entre eux (Hafid Sour) sort d’ailleurs du lot par son approche désarticulée de la breakdance : aussi souple que les danseurs de Madonna, il fait claquer ses vertèbres, se débloque les épaules et nous propose un Moonwalk apte à ressusciter notre cher Mickael ! Du côté de la mise en scène, on apprécie la recherche créative, les jeux d’ombres, les silhouettes projetées et les travellings arrière. Dans son ensemble, le spectacle est original car il ose mêler les danses, les styles et les époques. On apprécie néanmoins le final où tous les B-Boys du Pockemon Crew rechaussent leurs basquettes et se libèrent de leurs costumes trois pièces pour nous offrir leurs vrais visages : place enfin à la frénésie du Hip-hop et à la standing ovation !

Pockemon Crew : « Silence on tourne ! »
Mise en scène : Riyad Fghani

Dates de représentation:
Les 31 octobre & 1er novembre 2013 à la La Cigale ( 120, boulevard Rochechouart – Paris 18e)

A lire aussi:

Corner Etudes : quand l’oeuvre se crée sous les yeux du public

Virus: la compagnie Dairakudakan transfigure les hommes-monstres qu’engendre l’humanité

Les mille et une nuits d’Angelin Preljocaj : un hommage délicieux rendu à la sensualité

Desh : un songe indien la tête dans les étoiles et les pieds entaillés

Mathilde Monnier : Danser après tout

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à