Savoir se complaire dans la complainte: tout un programme!

par

Par Soisic Belin – bscnews.fr/ « Certains soirs, du fond de mon lit, je ne sais même plus qui je suis, alors je rêve que je fais de ma vie, une musicale comédie ». Un trio étonnant et perturbateur.

On dit souvent que les salons de coiffure sont des lieux de confessions, de papotage, de ces endroits où l’on mêle le « tout » et le « rien ». Celui qui y officie sait sublimer vos cheveux mais aussi faire circuler la rumeur…Le coiffeur a sa réputation de « cancantateur ». Dans ce salon nous découvrons trois personnages qui entonnent des mélodies et se racontent bonheurs et malheurs, en somme, la spirale de la vie. On pourra reprocher une mise en scène légère et quelques banalités mais avons-nous, nous-mêmes spectateurs, des vies plus palpitantes ? On pourra aussi décrier un chant pas toujours à la hauteur, une voix un peu juste et des fausses notes récurrentes… Mais nous ne sommes pas là pour assister à un tour de chant mais bien à une comédie! C’est une pièce farfelue que l’on vous laisse le privilège de découvrir. Serge Zenoun, Agnès Sighicelli et Jules Vallauri désarçonnent et on s’y laisse prendre!

La folle complainte d’un bigoudi esseulé
Tous les lundis
Théâtre Clavel
3, rue Clavel 75019 Paris

A découvrir aussi:

Entre la muse et l’ange, siège « le duende ». Federico Garcia Lorca vous invite à le découvrir!

Amélie ou les aventures d’une cocotte cocufiant son coquin avec un drôle de coco : une pièce cocasse, quoi !

Alter Ego : une alliance entre magie et mentalisme pour une rêverie partagée

Olympe de Gouges : du Lucernaire au Panthéon ?

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à