Alter Ego : une alliance entre magie et mentalisme pour une rêverie partagée

par

Par Soisic Belin – bscnews.fr/ Un magicien et une marionnette qui font la paire et vibrent à l’unisson pour nous éblouir et nous étonner. En effet, c’est bien plus qu’un spectacle de magie que nous offre Rémi Larousse dans son Alter Ego, c’est une balade enchanteresse au pays de l’illusion et de l’enfance, là où rien n’est vrai mais où tout y parait.

Si on est tenté au départ de chercher « le tour », de déjouer « le truc » cela ne dure guère, on en vient vite à se laisser porter comme ces bulles de savon qui font irruption sur scène et illuminent de manière toute bucolique l’acteur et son jouet. Diavolo la marionnette, est on ne peut plus intrigante, maniée avec dextérité, elle cache en elle des mystères que l’on n’oserait soupçonner : elle voit le présent, le passé, le futur et possède un cœur en laine (mais un cœur tout de même) qui fait d’elle un être à part : inanimé et pourtant…Serait-ce une métaphore de Rémi Larrousse, le magicien ? Aurait-elle pour but d’illustrer sa part de féerie, d’extra-sensibilité présente en chacun de nous. Cette part d’irrationnel que l’on souhaite renier et que l’on rejette à tout va?
Alternant anecdotes familiales, souvenirs d’un autre temps, jeux de chiffres, devinettes et séances de crayonnage, cet artiste réchauffe à merveille une salle des plus intimistes et nous laisse un brûlant souvenir : on a renoncé, le temps d’un spectacle, à la platitude d’une vie sans saveur pour s’adonner à une rêverie propice au bonheur et… quoi de mieux en ces temps grisâtres et mornes ?

Alter Ego
De Rémi Larrousse et Benjamin Boudou
Au théâtre Le Funambule de Montmartre
53, rue des Saules 75018
Les samedi et dimanche à 18h.
Du 02/11/2013 au 02/02/2014

A lire aussi:

Olympe de Gouges : du Lucernaire au Panthéon ?

Au Théâtre 13, Lady Macbeth vole la vedette à son époux

The Improfessionals : Place au rire et à l’improvisation … in English!

La jeune fille et la mort : « Tant que subsiste la mémoire des faits, il ne peut y avoir de pardon… » (Stefan Zweig)

Aujourd’hui encore, Œdipe de Sophocle demeure le paradigme de la tragédie grecque

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à