Le Trou, ville-mouroir pour vieilles truculentes

par

Par Félix Brun – bscnews.fr/ Il n’est pas surprenant que le Prix Renaudot Poche 2012 ait été attribué à l’ouvrage de Pascale Gautier. Cette comédie caustique et grinçante nous fait découvrir une ville-mouroir, le Trou, où le soleil brille toute l’année, et où la population est à très forte majorité constituée de vieilles femmes d’une moyenne d’âge de quatre-vingt ans.

Dans une résidence l’on croise Mme Rousse, qui va chez la coiffeuse toute les semaines, Lucette dont le fils l’équipe de téléphones pour mal-voyants dans toutes ses pièces…Mme Chiffe une bigote qui passe son temps à aider son prochain, Mme Rouby une acariâtre qui a toujours peur…Mauricette qui a perdu sa dent, Régine qui se remémore les visites de ses amants dans l’arrière-boutique de la mercerie alors que « Son pauvre mari était un saint homme que la chose n’intéressait pas . » Et puis il y a aussi Pierre, mâle encore fringant à quatre-vingt dix printemps, toujours assoiffé de jupons, un curé qui ne croit guère en la religion et Mitsou le chat volage « qui voit tout « . Quant un asteroïde dénommé Bonvent fonce vers la terre,c’est la fin qui approche et la panique qui s’installe : « Elle veut préparer une daube avant la fin du monde  » .
Le roman est drôle, aigre-doux, et les situations parfois loufoques. L’auteur jongle avec l’ironie, la drôlerie, raillant cette société qui isole les vieilles, infantilisées par leur propre progéniture, assommées par les programmes télévisés et la publicité, anesthésiées par la solitude. L’issue n’est pas rose comme l’exprime l’infirmière à domicile : « Des chambres pleines de vieilles. Des grabataires, des moribons, des malades, et des cris, et des gémissements. Toute une humanité défaite…tout ce qui nous attend. «  L’ouvrage de Pascale Gautier est d’un réalisme amer et d’une authenticité mordante : « Les vieilles sont émouvantes. La vie les a malaxées triturées brisées. Elles portent l’empreinte de la mort. Elles sont déjà de l’autre côté et se raccrochent à ce qu’elles peuvent. »

Les Vieilles
Auteur : Pascale Gautier
Editions: Jöelle Losfeld

A lire aussi:

Alan Hollinghurst : Le XIXème siècle en Histoire et histoires

Franz Bartelt : l’anacoluthe finale

Lyonel Trouillot : Comprendre la Parabole du Failli

Le Bois du rossignol : le pays des cendrillons ?

New-York : Jean Zimmerman revient aux origines dans un roman

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à