Au pays des dragons bleus, le feu n’a qu’à bien se tenir!

par

Par Julie Cadilhac –bscnews.fr/ Il était une fois un dragonneau aux écailles d’un bleu azur scintillant qui avait du mal à trouver sa place au milieu de ses congénères tous noirs , rouges ou verts. Les autres, en effet, se moquaient de sa différence et bien qu’il sut voler et avait un sourire adorable, la nouvelle qu’il crachait de l’eau à la place de feu finit de le rendre inquiétant au reste de sa communauté.

Banni, Azuro découvrit un village d’humains pour lesquels il se prit d’affection…mais quels traitements les hommes lui réserveraient-ils? Ne dit-on pas qu’ils ont très peur des dragons? Une histoire colorée et attendrissante qui apprend aux enfants que la différence peut être une force et une richesse. Jérémie Fleury a conçu un dragonneau à la bouille attachante avec lequel les enfants vont avoir envie de s’envoler bien haut au pays des contes de fée. Laurent et Olivier Souillé y ajoutent une écriture tendre et fluide qu’adopteront bien vite les apprentis lecteurs. Un conte d’écailles et de tendresse qui véhicule avec simplicité des valeurs de tolérance et de générosité. Un livre qui rappelle que le monde est assez grand pour donner une jolie et accueillante place à tout le monde… Bref, un dragonneau à aimer, à partager encore et encore !

3 questions à Olivier et Laurent Souillé:

Est-ce le premier livre que vous écrivez pour la jeunesse ? Vous êtes-vous heurté à des difficultés, des questionnements particuliers au vu du public que vous souhaitiez toucher?
Nous sommes très fiers d’avoir réalisé un de nos plus grands rêves, Azuro, le dragon bleu étant effectivement notre premier livre jeunesse. Nous n’avons pas rencontré la moindre difficulté. Ni dans sa conception, ni dans sa réalisation. Il faut dire que nous sommes des habitués des mondes imaginaires. Nous avons eu la chance de travailler avec les plus grands illustrateurs de Fantasy pour nos ouvrages aux éditions Daniel Maghen. Avec l’Espagnol Guillermo Gonzalez pour L’univers des Nains, une trentaine d’illustrateurs issus des cinq continents pour les deux tomes de L’univers des Dragons , avec le célèbre Olivier Ledroit pour les deux tomes de L’univers féerique d’Olivier Ledroit et le talentueux britannique Adrian Smith pour Dark Fantasy. Pour Azuro, le dragon bleu, nous nous sommes tout simplement laissés guider par l’histoire. C’était d’autant plus facile qu’il y a eu une véritable osmose avec Jérémie. Nous avons même créé ensemble un personnage pour les tout-petits qui n’était pas prévu au départ : l’oiseau virevoltant qui accompagne Azuro…

En lisant Azuro, on se rappelle le Vilain Petit Canard d’Andersen… Est-ce un conte auquel vous avez pensé durant l’écriture ? Pourquoi avoir choisi , vous, un dragon comme « animal » pour évoquer la différence? Question d’affinités ?

Nous aimons beaucoup ce conte mais nous n’avons pas du tout pensé au Vilain petit canard. Dès le départ, nous souhaitions raconter une histoire sur la différence. Avec notre sensibilité bien sûr. Ce sujet nous tient d’autant plus à cœur que nous avons toujours eu le sentiment d’être différents en raison de notre gémellité. Beaucoup nous voient comme deux personnes semblables alors que notre apparence physique nous a donné envie de cultiver nos spécificités et surtout de respecter les différences de chacun. Azuro, notre adorable dragonneau bleu s’est alors imposé de lui-même, c’était presque magique. De suite, on a eu envie de raconter l’histoire d’un dragonneau singulier, pas simplement en raison de sa couleur mais également à cause d’une étrange malédiction qui le condamne à cracher de l’eau et non du feu…Ce qu’il y a de fou, c’est que nous avons créé cette histoire il y a près de 20 ans et que nous l’avions laissée dans nos cartons. Et puis, une elfe est arrivée dans notre famille. Alors nous avons souhaité lui donner vie pour rappeler aux petits et aux grands que la différence est une véritable richesse.

Vous collaborez main dans la main avec l’association  » Autour des Williams « . Pouvez-vous nous en dire davantage… ?
Avec Jérémie, nous avons tenu à dédicacer Azuro, le dragon bleu aux enfants atteints du syndrome de Williams mais aussi à leurs parents. Le syndrome de Williams fait partie des maladies « rares », c’est-à-dire touchant moins d’une naissance sur 2000. On estime les personnes atteintes du syndrome de Williams à 300 000 dans le monde et 5000 en France. Pour l’instant, il n’existe malheureusement aucun traitement qui guérisse le Syndrome de Williams et Beuren, c’est pourquoi on dit que c’est une maladie « orpheline ». Les principaux symptômes du syndrome de William sont : une malformation cardiaque (modérée à très grave), un retard mental léger à modéré, des caractéristiques communes physiques et comportementales, un retard dans le développement psychomoteur et celui du langage, une hyper sensibilité au bruit, des difficultés d’alimentation et des troubles du sommeil dans les premières années. Avec l’association « Autour des Williams », nous travaillons main dans la main aux fins d’organiser des interventions en milieu scolaire, des interviews… aux fins de sensibiliser les familles et les médias sur ce qu’est le syndrome de Williams. Bien entendu, nous avons offert des exemplaires d’Azuro à l’association. Nous vous invitons à faire un tour sur le site de l’association « Autour des Williams » : www.autourdeswilliams.org Enfin, en mai 2014, nous renouvellerons notre partenariat avec l’association à l’occasion de la sortie de notre prochain livre jeunesse « Le voleur d’anniversaires » aux éditions Milan. Il sera illustré par notre ami, le formidable Frédéric Pillot.

Azuro, le dragon bleu
Auteurs : Laurent et Olivier Souillé
Illustrateur : Jérémie Fleury
Collection Mes Grands albums
Editions Auzou
Prix : 9.80 €

A lire aussi:

Catherine Cuenca: l’art du roman jeunesse historique

Antoine Guiloppé : l’art délicat de la découpe

André Bouchard : un dessinateur narratif dont vous allez dévorer l’univers!

Juliette Arnaud : un premier roman rassérénant

Clément Lefèvre, Susine et le Dorméveil

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à