La générale Pompidou : Et si vous alliez faire un tour dans les coulisses des Dames de France ?

par

Florence G. Yérémian – bscnews.fr/ Succulente idée que de mettre en scène les Premières Dames de la République ! Elles, si souvent bafouées ou ignorées, prennent dans ce spectacle une dimension à la fois épique et savoureusement comique !

Il y a tout d’abord Mme Giscard (Chantal Lavallée), snobissime et rigide comme son chignon, elle incarne à elle seule la potiche docile et désuète semblable au mobilier Louis XV dans lequel elle évolue avec soumission. Dans un tout autre style, apparaît la Générale Pompidou (Natalia Dontcheva) : exubérante et fantasque, elle arbore une crinière féline, un franc-parler caustique et dissimule maladroitement ses tendances pour les parties fines. Mais voici que Bernadette Chirac (Désirée Olmi) fait son entrée aux basques de son premier ministre de mari : agrippée à son chapelet aussi férocement qu’à son Jacques, cette personnification du catéchumène attend patiemment son tour pour siéger au palais !
Dans les alcôves de l’Elysée, les trois Dames se toisent, se chamaillent et se crêpent le chignon en toute dignité. Tour à tour, les rôles s’échangent : il y a les entrantes, les sortantes et les promises… Face à ce cancan présidentiel, règne pourtant une humble personne qui a su garder sa place au fil des mandats. C’est Soizic (Gwenaëlle David). Soizic est la bonne du fief républicain, la gouvernante qui a vu passer toutes les générations de « présidentes » du XXe siècle, celle que l’on surnomme Linotte par dédain monarchique ou que l’on invite à boire un mojito par esprit marxiste. Fidèle des fidèles, Soizic a su s’adapter aux exigences et aux critiques de toutes ces pseudo-régentes sans jamais broncher. A chaque passation de pouvoir, elle s’est accoutumée à la nouvelle souveraine prête à l’épauler pour déballer ses cartons ou à la consoler face aux infidélités du « mari présidentiel ».
Mai 1981 arrive. MesDames Giscard, Pompidou et Chirac vont soudain devoir se serrer les coudes car une nouvelle espèce de maitresse est en train de prendre ses quartiers dans « leur » Palais : c’est une pure gauchiste prénommée Danielle! Face à cette roturière féministe, le trio de choc va enfin devenir solidaire ! Entre paroles courtoises et gestes de bienséance, les trois sœurs ennemies vont faire preuve de médisances et de succulents commérages contre cette Mme Mitterrand (Anne Cantineau). Il faut l’avouer, à l’inverse des précédentes, cette militante est loin d’être une potiche mais ce n’est rien face à la pimbèche ibérique qui ravira la couronne en 2007, sans parler de la tweeteuse de 2012…
Entre dialogues incisifs, sous entendus politiques et anecdotes croustillantes, cette pièce de Christophe Guichet est un pur régal ! Voir ces Dames se jalouser et se disputer tout en tentant de préserver l’étiquette qui convient à leur rang est jubilatoire ! Loin des flashs hypocrites et de la pompe médiatique, l’on rit face aux querelles et à la prise de courage de ces créatures pourtant si vulnérables. Car il faut bien le dire, ces épouses présidentielles sont de véritables survivantes : désillusionnées, délaissées par leurs époux, ayant résisté à toutes les incartades, elles parviennent encore à garder le sourire pour parader. Malgré leur mauvaise foi à débarrasser le plancher de l’Elysée, elles doivent tout de même être bien heureuses de céder cette place trop lourde qui n’a jamais vraiment été officialisée au sein de la hiérarchie du pouvoir…
Une caricature acerbe et intelligente des Dames de France vue depuis les coulisses. Bravo à l’implication de toutes les actrices et au surprenant « pétage de plomb » de la gouvernante !

La générale Pompidou ou la vraie fausse histoire des Premières Dames de la Vème
Mise en scène de Christophe Guichet
Avec Chantal Lavallée, Gwenaëlle David, Natalia Dontcheva, Désirée Olmi et Anne Cantineau

Théâtre des Béliers parisiens

http://www.theatredesbeliersparisiens.com/
14 bis, rue Sainte-Isaure – Paris 18e
Locations : 0142623500

Jusqu’au 17 novembre 2013
Vendredi et samedi à 19h
Dimanche à 18h

A voir aussi:

Labyrinthe : Life is just an illusion

Une très belle interprétation de l’Etranger de Camus : pour tous les lycéens et les autres !

Ardente patience : Une parenthèse insulaire entre Neruda et Pinochet

Tailleur pour dames : Bric à Brac à la Feydeau

Queue de Poissonne : une version artistique d’un conte intemporel

Sacha Guitry et Yvonne Printemps: « La rencontre d’un homme d’esprit et d’une femme de chair »

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à