Tailleur pour dames : Bric à Brac à la Feydeau

par

Par Florence Gopikian Yérémian – bscnews.fr/ Trois couples infidèles, une belle mère tyrannique et un domestique totalement benêt : telle est la palette bigarrée de cette charmante comédie de boulevard interprétée par la fringante compagnie « J’peux pas j’ai théâtre »

L’histoire en est – presque – simple : le médecin Moulineaux et sa tendre épouse Yvonne font chambre à part. Petit couple embourgeoisé, ils mènent une existence insipide et bien rangée jusqu’au jour où Monsieur découche !!! Commence alors une avalanche de quiproquos et de filouteries dans lesquels vont se laisser entrainer tous les personnages de la pièce : le valet se met à mentir – mal ! – pour défendre son maître, l’épouse fond en larmes dans les bras de sa mère, le médecin devient soudainement couturier, la maitresse se fait suivre par son époux soupçonneux et la belle mère, Mme Aigreville, se transforme à son insu en « Reine du Groenland » !
Les portes claquent, les coupables se précipitent tremblants dans des placards, les répliques éclaboussent la scène et le public rit de bon cœur. Comme dans toutes les pièces de Georges Feydeau, les situations cocasses et ridicules s’enchainent, réglées au quart de tour à l’exemple d’une parfaite mécanique.
Même si le premier acte est un peu lent à démarrer, la jeune troupe trouve une cohésion dès le second et parvient à faire progressivement monter la sauce du vaudeville: entre les déhanchés de popotins de la maîtresse, l’accent italien du médecin, la bêtise du valet et le snobisme –succulent – de Belle Maman qui n’hésite pas à fesser son gendre (Quelle poigne Anne-Laure Maudet !) , on est pris volontiers dans la cadence de cette farce bourgeoise qui ne cesse d’aller en s’accélérant. Les huit interprètes sont survitaminés et font preuve d’une belle alchimie aussi bien entre eux qu’avec le public qu’ils rendent complice de toute cette mascarade. La scène exiguëe du Petit Gymnase accentue étrangement le climat festif de cette farce de la Belle Époque dont les intrigues retrouvent parfaitement leur place au cœur de notre XXIe siècle.
Idylles, tromperies, égrillards et pudibondes : tous les éléments sont présents pour vous faire découvrir l’abracadabrance d’une œuvre de Feydeau ! Laissez-vous simplement gagner par la folie douce des comédiens et de leur facétieux metteur en scène, Coralie Jayne.

Tailleur pour Dames de Georges Feydeau
Mise en scène par Coralie Jayne assistée de Robin Betchen
Interprété par la compagnie « J’peux pas j’ai théâtre » : Lydie Misiek, Pascal Michel, Robin Betchen, Sophie Farat, Jean-Charles Fritz, Ana Budimir, Anne Laure Maudet, Camille Saint-Martin

Théâtre du Gymnase
38, boulevard Bonne Nouvelle – 75010 Paris

A partir du 15 septembre 2013
Tous les dimanches à 18h30
Réservations : 0142467979

www.jpeuxpasjaitheatre.com

A lire aussi:

Queue de Poissonne : une version artistique d’un conte intemporel

Sacha Guitry et Yvonne Printemps: « La rencontre d’un homme d’esprit et d’une femme de chair »

Les démons d’Aragon : confession chantée

Marie flirte avec Brassens de façon charmante

Mentalisme et Boniment : La petite magie d’Elisabeth Amato

Tête d’oeuf : Bienvenue à Poullywood les enfants!

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à