Le témoignage bouleversant d’Angèle lieby

par

Par Mélina Hoffmann – bscnews.fr/ « Les jours ont passé. Je me suis réveillée, mais la nuit ne m’a pas quittée. Le savent-ils, les médecins, Ray, Cathy, que je suis de retour ? Tout est calme. J’entends cette respiration et ces bruits de machines en permanence, j’entends des voix régulièrement, mais elles ne me parlent jamais. J’ai l’impression que l’on m’ignore. D’être là sans l’être vraiment. Ou plutôt d’être présente sans que les autres le sachent, comme un fantôme… (…) Je suis parfaitement éveillée, et ils me croient dans les limbes de l’inconscience. »

Imaginez… Vous êtes allongé dans un lit, vous ressentez les sensations. Toutes. Mais votre corps ne vous répond plus, incapable du moindre mouvement. Imaginez… Vous souffrez, tout votre être hurle intérieurement sa douleur. Mais vous êtes dans l’incapacité totale de communiquer. Imaginez… vous venez de retrouver la lumière du jour, la vie vous habite à nouveau. Mais tout le monde vous croit encore plongé dans la pénombre. Pire, tout le monde vous condamne.
A la suite d’un malaise, Angèle Lieby est transportée aux urgences de l’hôpital de Strasbourg. Elle s’exprime de plus en plus difficilement, peine à respirer, jusqu’à perdre connaissance. Les médecins la plongent alors dans un coma artificiel pour l’intuber et tenter de comprendre ce qui a provoqué son état. Mais les jours passent, et Angèle ne se réveille pas. Pour le personnel médical, le verdict est sans appel, la jeune femme est considérée comme morte. Pourtant, Angèle est bel et bien consciente, prisonnière de ce corps inerte.
Ce qu’elle va vivre alors ressemble de très près à l’enfer. Traitée comme un corps sans vie, le personnel soignant ne se soucie plus de ses ressentis. Les douleurs qu’on lui inflige sont bien pires que celles qu’elle avait ressenties jusqu’alors. Elle voudrait hurler, se débattre, mais elle ne peut que subir, suppliant intérieurement que ce calvaire prenne fin.
« La douleur est insupportable. Irréelle, indescriptible. Et elle est décuplée par mon impuissance : non seulement je ne peux pas me débattre, mais je ne peux pas même l’exprimer. Je meurs de souffrance et j’ai la discrétion suprême de n’en rien laisser paraître. Pas un cri, pas une grimace, pas même un frémissement. »
Jusqu’à un miracle : une larme.
Angèle Lieby ne cherche pas, avec ce livre, à régler ses comptes, mais bien à attirer l’attention sur cette expérience terrible qu’elle a vécue, d’alerter les soignants afin qu’aucun autre malade ne subisse à son tour de telles souffrances. Elle se veut porte-parole de ceux qui, comme elles, ont été ou seront un jour dans la même situation de vulnérabilité qu’elle. Pour que tout cela n’ait pas servi à rien. Pour que l’on s’interroge quant à la légitimité d’un diagnostic aussi brutal et catégorique à peine quelques heures après le moment auquel elle aurait dû se réveiller. Pour que l’erreur ne se reproduise pas.
Elle raconte avec beaucoup d’émotion ces instants de profonde solitude et de souffrance indicible, ce combat mental pour que la vie triomphe, mais aussi le retour difficile à l’autonomie, la nécessité de réapprendre à respirer, sans machine. « Ce ne sera pas simple de redevenir moi. » Un témoignage aussi bouleversant que nécessaire, et une très belle leçon de courage.

Une larme m’a sauvée
Angèle Lieby
Editions Les Arènes

A lire aussi:

Le cri du coeur de femmes aux destins brisés

Cuisine : Mes recettes de l’été

Cuisine : Mes recettes de l’été

La loi de l’attraction : Vous êtes beaucoup plus puissant que vous n’en avez conscience

La fabrique des malades : pour un retour à une médecine plus humaine et individualisée

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à