Rentrée littéraire : cris et chuchotements

par

Par Emmanuelle de Boysson – bscnews.fr / Cris et chuchotements, pleurs et grincements de dents. Noir c’est noir. Les romans de cette rentrée littéraire ne font pas rigoler : la guerre, la disparition, les drames intimes… Si vous avez envie d’un doigt de légèreté, rires et chansons, zeste de dérision, ironie, tambour et fanfare, tournez-vous vers des auteurs qui vous mettront du baume au cœur.

En ces temps de crise, ça fait du bien. Boris Razon revient sur la courte période où il fut paralysé, à 29 ans : un cocktail de drôlerie et d’émotion : « Palladium » (Stock). Yann Moix et son pavé gargantuesque : « Naissance » (Grasset) ; Véronique Ovaldé, la fantaisiste romancière de « La grâce des brigands » (L’Olivier) ; Bruno Tessarech et ses tribulations de ghost writer : « Art nègre » (Buchet/Chastel) et notre Amélie nationale avec sa « Nostalgie heureuse » (Albin Michel).
Parmi les romans les plus sombres, celui de Valentine Goby qui s’appuie sur des récits de rescapées d’Auschwitz pour évoquer un aspect mal connu de la vie concentrationnaire : les accouchements des déportées. Un livre fort et exigeant à l’écriture tenue : « Kinderzimmer » (Actes Sud). Dans « Le cas Eduard Einstein », (Flammarion) Laurent Seksik reprend le thème qui a fait le succès des « Derniers jours de Stephan Zweig » : le drame de l’intime. Le fils d’Einstein a fini parmi les fous. Sa mère l’a élevé seule. Einstein, ce génie qui a lutté contre le nazisme, n’a pas eu le courage d’aller rendre visite à ce schizophrène enfermé dans un hôpital psychiatrique suisse. Le seul problème qu’il n’a pas réussi à résoudre.
La disparition hante plusieurs auteurs. Le héros de Christophe Ono-dit-Biot enquête sur celle de la femme qu’il a aimée à la folie. Elle était une artiste, une rêveuse. Pourquoi l’a-t-elle abandonné ? Va-t-il « Plonger » (Gallimard) ? Avec « Les évaporés » (Flammarion), Thomas B. Reverdy place son récit à San Francisco : Richard B, détective privé et poète, recherche le père de Yukiko, son ex-femme. Une exploration de la tentation d’ailleurs. « Lady Hunt », d’Hélène Frappat (Actes Sud) est le témoin de la disparition d’un enfant. Trouvera-t-elle dans son rêve la clé de l’énigme ? Au fil des « Saisons de Louveplaine », de Cloé Korman, (Seuil), une Algérienne part sur les traces de son mari disparu. La « Muette », d’Eric Pessan, (Albin Michel) est une jeune fugueuse. Partir, fuir, c’est ça la littérature.
Bienvenue dans le monde désespéré d’une génération qui a eu vingt ans dans les années 2000. « Mobiles », de Sandra Lucbert (Flammarion) met en scène un groupe d’amis en proie au casse-tête de trouver un job, de rester soi-même dans une société sans repères. Tristan Garcia imagine une ville où un ange déchu incarne les rêves perdus d’une jeunesse déçue : « Faber, Le destructeur » (Gallimard). Douglas Coupland crée une métaphore originale : dans un proche avenir, la vie de cinq personnages, « Génération A12 » (Diable Vauvert) sera chamboulée par des piqûres d’abeilles.
La famille est à la Une : secrets de famille, autopsie des relations de fratrie, parents enfants ou couple. Claudie Gallay, l’auteur des « Déferlantes » explore le lien frère et sœur dans « Une part de ciel » (Actes Sud). Sylvie Germain gagne en simplicité avec « Petites scènes capitales » (Albin Michel) où elle décortique le rapport fille/père dans une famille recomposée. Véronique Olmi, celui d’une mère et de son fils : « La nuit en vérité » (Albin Michel). Nelly Alard scrute à la loupe l’adultère : « Moment d’un couple » (Gallimard) : Stéphanie Barron a choisi de mettre en scène la relation entre un grand-père et sa petite-fille : « Le Jardin blanc » (NiL).
Un réjouissant premier roman : Agnès Vannouvong explore comme jamais les amours saphiques osant décrire des scènes de sexe entre femmes avec crudité et autodérision. « Après l’amour » est un hymne au désir convulsif, au corps vivant, doux, embrassé. Le roman d’une génération de trentenaires célibataires sex addictes, consommatrices de plaisirs, élevées sans pères ni repères. (Mercure de France). De son côté, Dominique Noguez décrit les différentes étapes d’une passion amoureuse pour un jeune homme à la séduction perverse. Il dissèque les échecs et les humiliations de cette aventure souvent douloureuse qui durera six ans « Une année qui commence bien » (Flammarion). Une rentrée qui promet des surprises pour les prix.
À propos de prix, permettez-moi de souligner le talent d’une romancière de vingt ans, Rebecca Vaissermann. Elle a eu la bonne idée d’envoyer son manuscrit aux membres du jury du prix des Jeunes auteurs de l’Ile aux Livres (à l’île de Ré). Lauréate du concours, son roman, « Oubliés » a séduit pour son audace, sa limpidité, son refus du pathos : un vrai coup de cœur : il faut un grande maturité pour imaginer l’amour de deux jeunes hommes conduits dans des camps de concentration pendant la guerre. « Oubliés » a été publié dans une petite maison : « Parole Ouverte Edition ». Un succès lors du salon l’île aux Livres. Avis aux jeunes auteurs en recherche d’éditeurs.
Du 13 au 15 septembre a eu lieu l’un des salons du livre phare de la rentrée, le Livre sur la Place à Nancy. Secrétaire perpétuel de l’Académie française, Hélène Carrère d’Encausse, a inauguré l’événement. Président du Livre sur la place, Jean D’Ormesson, de l’Académie française, y a présenté son nouveau roman, « Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit » (éditions Nil). La plupart des auteurs de la rentrée étaient présents. En prime, Jacques Weber a fait des lectures exceptionnelles : des lettres de poilus – décidément, ils sont de retour, avec le roman de Pierre Lemaître « Au revoir là-haut » (Albin Michel), de la correspondance de Flaubert – à relire toujours et encore et du délicieux Poquelin. Molière, cet éternel comique.

Lire aussi :

Festival Mondial de Marionnettes : Le G. Bistaki

Levallois : De grands noms et de la musique classique pour la salle Ravel

Livre : Quand Béziers dresse ses chapiteaux pour la lecture

Timeless de Mylène Farmer : la Libertine s’est assagie

Théâtre du Rond-Point: L’invitation à se ressourcer de Jean-Michel Ribes

Perpignan : L’Espagne à l’honneur au Théâtre de l’Archipel

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à