Le majordome : Histoire d’une révolution discrète pleine de sagesse

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ Des champs de coton du Sud des Etats-Unis jusqu’à la Maison Blanche à Washington, le parcours incroyable et émouvant que nous raconte Lee Daniels, tiré d’une histoire vraie, est celui d’un majordome de couleur noire qui a fait preuve toute sa vie d’un courage sans faille et exemplaire et montre que l’on peut contribuer à transformer le monde même en restant discret et soucieux de respecter les lois de son pays.

Voici le récit du jeune Cécil Gaines qui fuit le Sud des Etats-Unis, ses champs de coton et ses barbaries ségrégationistes , en 1926, avec l’espoir de trouver un ailleurs meilleur. Travailleur émérite, sachant rendre sa présence invisible et indispensable et aidé par des rencontres providentielles, il acquiert des compétences qui le mèneront à devenir, durant sept présidences, majordome de la Maison Blanche et témoin des confidences et tractations du Bureau Ovale. Ce que Cecil donne dans son travail, il le sacrifie malgré lui à sa famille : sa femme Gloria et ses deux fils souffrent de son absence ,malgré la situation financière confortable que permet le poste de Cecil. Son fils aîné , notamment, refuse de se soumettre au diktat des blancs et accuse son père de ne pas agir pour la cause des noirs d’Amérique. Une querelle intergénérationnelle qui donnera tous ses cheveux blancs à Cecil.

Un film passionnant qui, au travers du regard de Cecil, retrace une partie de l’histoire des Etats-Unis : de l’assassinat du jeune président Kennedy à celui du Docteur Martin Luther King, du mouvement des « Black Panthers » à la guerre du Vietnam; un biopic qui porte en lui un message humaniste salvateur, sans être lourdement moralisateur. Forest Whitaker est bouleversant et excelle dans son jeu sobre et d’une distinction sans faille, Oprah Winfrey, dans le rôle de l’épouse tentée un temps par la boisson, est aussi troublante qu’attachante, Cuba Gooding, fidèle à lui-même, enchante par sa présence toujours dosée d’humour et de sincérité ; John Cusack, enfin, incarne brillamment un Nixon secoué par le scandale du Watergate. Le reste du casting est irréprochable. Utilisant un point de vue subjectif pour filmer ses séquences, dans lesquelles transpirent donc les émotions des personnages, leurs gênes et leurs inquiétudes, Lee Daniels n’oublie pas d’insérer des séquences filmiques historiques qui se marient admirablement à la fiction. On s’émeut ainsi pour ce destin hors du commun, on tremble à la mort de Kennedy, on rage de ne pouvoir cotoyer le Docteur King plus longtemps, on frémit devant la violence du Ku Klux Klan et…l’on revit avec émotion la consécration de l’élection de Barack Obama en 2008!

Le majordome

Date de sortie : 11 septembre 2013
Réalisateur : Lee Daniels
Film américain
Avec : Forest Whitaker, Oprah Winfrey, Mariah Carey, John Cusack, Jane Fonda, Cuba Gooding Jr, Terrence Howard, Lenny Kravitz, Robin Williams…

A lire aussi:

Grand Central : Entre les radiations et l’amour, quelles différences ?

« Jeunesse » : le film autobiographique de Justine Malle

Alabama Monroe : le quatrième film magistral de Felix Van Groeningen

Oh Boy : Le mal du siècle revisité avec maîtrise et élégance

Frances Ha : un conte de fées au coeur de New York

Concussion : le destin sexuel d’une femme mature

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à