Un succulent vaudeville au son du mambo italiano : Bravissimo !!

par

Par Florence Gopikian Yérémian – bscnews.fr/ Crédit-photo :E. Lizambard/ « Uomo et galantuomo » est la surprise italienne de la saison ! Servie par dix comédiens pétaradants comme des spaghettis alla puttanesca, cette comédie d’Eduardo De Filippo a le pouvoir de faire rire aux larmes toute la salle.

Au début, l’on ne s’y attend pas vraiment : face à une scène décorée de panneaux vitrés, on assiste calmement à l’installation d’une troupe d’artistes dans une station balnéaire. A la demande d’un riche impresario, ces gens de la balle doivent donner quelques représentations théâtrales pour les touristes du coin. Il s’avère cependant que ces crèves-la-faim n’ont aucun savoir vivre : sans aucun complexe, ils accrochent culottes et caleçons aux balcons de leur hôtel et n’hésitent pas à faire de la friture d’anchois dans leur chambre. La direction se plaint, les saltimbanques répliquent, les premiers heurts apparaissent et la pièce monte en sauce : on y découvre une jeune fille enceinte, un mari bafoué, un amant trompé puis crescendo tous les personnages de la Commedia dell’arte font leur entrée : le voleur, la menteuse, le vieux bourgeois, le détraqué imaginaire ! La sauce napolitaine prend, les quiproquos s’accumulent, le public est par terre et l’hôtel sans dessus-dessous. Tout le monde court, crie, ment et galope au rythme de sérénades italiennes. On ne sait plus où donner de la tête mais l’allégresse et la frénésie sont palpables et communicantes !
La scène de « la tirade avec souffleur » est un pur moment d’anthologie théâtrale ! Les acteurs s’en donnent à cœur joie pour déployer une palette de jeux de mots et d’intonations dignes d’un cours magistral de comédie ! Il est d’ailleurs quasiment impossible de décrire la prestation de la vieille Ninetta (Patricia Varnay) jouant les mourantes en tournant son fond de casserole ! Authentique caméléon, cette actrice bluffe tous les spectateurs en passant du rôle de la moribonde à l’œil rond à celui du commissaire intègre ! Que dire de Jean-Jacques Blanc qui interprète avec panache et sueur un étonnant Don Gennaro De Sia : le cheveu graisseux et l’habit déchiré, il conserve l’assurance d’un homme de très mauvaise foi et nous fait penser à Michel Simon avec son côté bourru et sa voix grave. Saluons également le galant homme de service :Don Alberto De Stefano (Thibaut Lacour). Malgré son costume ivoire et ses cheveux gominés, ce gentleman finira par se faire rattraper par les évènements au point de devoir simuler la folie !
Il faut les voir pour y croire : cette troupe de joyeux lurons mérite l’ovation de la saison. Elle a non seulement le mérite de nous offrir une comédie burlesque à souhait mais elle nous donne l’occasion de découvrir l’extravagance d’Eduardo De Filippo ! A quand une prochaine pièce de ce Feydeau italien ? Bravo ! Bravissimo !!

Homme et Galant Homme
D’Eduardo De Filippo
Texte français d’Huguette Hatem – Mise en scène de Patrick Pelloquet
Avec Jean-Marc Bihour, Jean-Jacques Blanc, Pierre Gondard, Hervé Gouraud, Thibaud Lacour, Raphaëlle Lenglare, Yvette Poirier, Gwénael Ravaux, Patricia Varnay et Philippe Vermeulen.

Théâtre 14 – 20, avenue Marc Sangnier – Paris 14e

Du 10 septembre au 26 octobre 2013
Mardi, vendredi et samedi à 20h30 – Mercredi, jeudi à 19h – Matinée le samedi à 16h
Réservations : 0145454977 – 0145432548

A voir aussi:

Ferré, Ferrat, Farré : Trois F qui vibrent comme une musique

Zelda & Scott : Une plongée pétillante dans les Années folles

Une belle au bois dormant revisitée par Harold Pinter : Attention au réveil !

Miss Carpenter : Une diva en retraite explosive et étincelante

One-woman-show : Quand Barbie rencontre l’humour…

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à