Romantiques en herbe : Pendant que Maman lit Jane Austen

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ Il est nécessaire de revenir aux classiques et ne pas oublier que la littérature jeunesse en a produit de nombreux…et d’excellente qualité! Miss Charity est de ceux-ci : l’écriture et l’humour délicats de Marie-Aude Murail associé aux illustrations regorgeant de tendresse de Philippe Dumas offre une récréation littéraire des plus agréables.

Les passionnés de comédies romantiques anglaises – où les cottages abritent des passions sagement étouffées, où M.Darcy et Elisabeth ont tant de mal à reconnaître leurs sentiments réciproques! – retrouveront ici l’atmosphère de Jane Austen : le personnage principal , Charity Tiddler, nous est présenté à cinq ans. Elle est née en 1870 et demeure à Londres ; c’est notre narratrice et l’auteure a choisi d’utiliser la mise en page des pièces de théâtre pour présenter les dialogues tandis que les parties narratives ne sont prises en compte qu’en focalisation interne. Charity est une petite fille solitaire et mal aimée: sa mère est une aristocrate prétentieuse et égoïste qui se pare de la robe de la vertu en jouant les grenouilles de bénitier alors qu’elle ne prend jamais une heure pour s’occuper de sa seule enfant. Son père est un être bourru, passionné de pêche et décidément déçu de n’avoir pas eu un garçon. Alors Charity grandit au milieu d’une ménagerie d’animaux de fortune qu’elle chouchoute, surveillée par une bonne folle à lier…mais de nature si brillante et si généreuse, la vie placera sur son chemin des êtres exceptionnels qui sauront l’aider à devenir une femme émancipée et à vivre la vie qu’elle souhaite sans se préoccuper des conventions sociales qui pèsent sur les femmes de son époque. Miss Charity dresse un portrait pertinent du dix-neuvième siècle et vous y croiserez avec plaisir un certain Oscar Wilde que la scène londonienne renia lâchement après l’avoir encensé. Miss Charity est une histoire d’amitiés et SURTOUT une palpitante histoire d’amour…de celles que l’on oublie pas tant l’auteure a su faire mijoter l’attente et le désir des protagonistes et du lecteur jusqu’à…jusqu’à…on ne vous dit pas! Allez hop, il y a 563 pages pour le savoir mais c’est tellement bien écrit que vous le dévorerez en une semaine!
D’ailleurs, on précise aux jeunes ados que s’ils ne trouvent plus leur livre au bout de quelques jours dans leur chambre, ce sera sans doute parce que leur maman en aura fait son livre de chevet juste après! Un livre fleur bleue à souhait…avec l’expression d’un amour pour la littérature qui nous a comblés!

Titre: Miss Charity
Auteur: Marie-Aude Murail
Illustration: Philippe Dumas
Editions: L’école des loisirs
Prix: 25,20€

« Ni « Bonjour », ni « vous plairait-il? ». Tout constellé de neige, il s’ébroua sur le tapis, la bise gonflant encore son manteau.Puis il posa les mains bien à plat sur les joues de Lydia pour lui montrer à quel point elles étaient glacées. Lydia le repoussa avec un cri agacé. Mais son regard si dédaigneux s’était troublé. Le jeu de swap dragon était, d’après Kenneth, le meilleur moyen de se réchauffer les mains. Tante Janet étendit une couche de raisins secs dans un plat et la recouvrit d’eau-de-vie. Kenneth eut le privilège d’y mettre le feu puis chacun essaya de retirer du plat quelques raisins enflammés. Je n’avais pas peur de la courte flamme bleue, mais il fallait jouer des coudes pour s’approcher du plat, et je me contentai de regarder les autres faire des grimaces et des bonds. Je m’aperçois que je n’ai pas décrit Kenneth, mais c’était un tel feu follet qu’il en devenait indescriptible; Il avait treize ans, comme Lydia. »

A lire aussi:

Le mystérieux cercle Benedict : des enfants surdoués pour sauver le monde

Dans la toile imaginaire de Christopher Edge

La force de l’amitié et de l’amour

L’adolescence mouvementée de Britannicus et Nero

Au coeur de la Russie, une saga qui ne manque pas de Souffle

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à