France : L’histoire est-elle mal enseignée ?

par

Par Régis Sully –bscnews.fr/ «Des excès du roman national, nous sommes passés sans transition au roman noir de l’histoire de France» Ce livre de Dimitri Casali présente la thèse opposée au livre « Les historiens de Garde» commenté ici : Les historiens de garde: une mise en garde adressée au public féru d’histoire . Au-delà du débat de ce que doit-être l’enseignement de l’histoire, se dessine en filigrane une ligne de fracture qui traverse la société française.

Pour Dimitri Casali, Les programmes d’histoire validés en 2008 sont dans la lignée des précédents. Il regrette que la thématique supplante la chronologie, « le découpage des nouveaux programmes scolaires au collège et au lycée est fait au profit de quelques sujets de société de plus en plus abstraits,théoriques». lesquels donnent dans le politiquement correct: droits de l’homme, l’antiracisme,la lutte des femmes, l’esclavagisme et la traite négrière avec le risque de juger certains comportements passés à l’aune des valeurs du XXI éme siècle. L’auteur déplore que les grands hommes qui ont incarné au fil des siècles la France sont réduits à la portion congrue comme Louis XIV ou Napoléon, voire déclarés infréquentables et donc bannis des manuels d’histoire ainsi Saint Louis et Richelieu ont disparu des programmes. Pour l’auteur, les conséquences sont extrêmement graves car l’histoire est un facteur d’intégration et une façon de lutter contre la fragmentation de la société. Car non seulement l’histoire, toujours d’après l’auteur, est mal enseignée mais la France y est dénigrée. D’où l’interrogation de Dimitri Casali: comment assimiler les populations immigrées et surtout les jeunes si les programmes diffusent une image négative de la France? La question qui vient immédiatement à l’esprit du lecteur est qui insuffle une telle orientation à l’enseignement de l’histoire et dans quel but? La réponse de l’auteur est tout sauf évasive et mérite réflexion et donc débat. Ce que nous avons tenté d’amorcer en faisant la chronique des deux livres qui ont la vertu de nous obliger à réfléchir au-delà de l’histoire sur des enjeux de société qui nous concernent tous.

► L’histoire de France interdite « de Dimitri Casali
Editions Jean-Claude LATTES 2012 19€

A lire aussi:

Les historiens de garde: une mise en garde adressée au public féru d’histoire

1914 : « Leurs noms composent la longue et douloureuse préface du XX ème siècle »

Histoire : L’Europe entre Hitler et Staline

Guerre d’Espagne : Le témoignage de la désillusion

Lénine : une biographie riche et sans complaisance

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à