Marco Mancassola : Super Sex in the city

par

Par Julie Cadilhac – bscnews.fr/ Marco Mancassola a une écriture aussi précise et fluide que troublante. Il a l’art de vous promener dans un taxi, l’air de rien, la tête perdue dans les gratte-ciel et d’insérer subitement un mot déstabilisant. Il crée d’ailleurs dans ce roman des personnages insaisissables et, si ce caractère n’étonne pas de la part de super-héros, il surprend chez les humains traditionnels qui gravitent autour d’eux. Dans l’univers de Marco Mancassola n’existent que des individus étranges, souvent égocentriques mais d’une fragilité à fleur de peau.

Le thème de ce roman, la sexualité des super-héros, est extrêmement pertinent ; en effet, même si on ne le comprend pas immédiatement , l’auteur choisit d’évoquer le point faible des êtres qui semblent parfaits. La sexualité, lieu où l’on s’abandonne à ses fantasmes et où l’on fait confiance en un autre pour les assouvir, ouvre la porte possible de la vulnérabilité…et l’auteur s’y engouffre avec perspicacité. Construit en longs chapitres, ce roman aborde la fin de super -héros célèbres dans les années 80, certains reconvertis en entrepreneurs puissants, d’autres en vedettes de talk-show, mais tous vieillissant et acceptant plus mal que les êtres ordinaires la baisse de leur aura et de leur influence. Mister Fantastic, Batman et Robin ou encore Mystique et tant d’autres ont eu leur heure de gloire ou de rébellion et, au coeur des années 2000 , sont has-been malgré toutes leurs tentatives pour rester dans le coup ; d’abord parce qu’ils frisent la soixantaine et que la jeunesse leur vole la vedette, surtout au lit, ensuite – et c’est tout l’excellent portrait sociétal que dresse Marco Mancassola – car le monde a changé: le NewYork des années 80 qui avait besoin de héros, dont le coeur vibrait au rythme de ses exploits et dont l’âme s’enivrait de mystère a fait place à une ville assoiffée de vérités crues et d’humiliations publiques divertissantes. Si ces récits évoquent la sexualité, ils l’abordent avec poésie: chaque scène érotique est une portée de désoeuvrement terrible, une symphonie désespérée dont la mort – on le pressent – est la seule issue supportable. Aussi l’enquête que mène Denis de Villa à propos des lettres de menaces que reçoivent régulièrement plusieurs super-héros est un prétexte littéraire magnifique pour évoquer des réalités plus triviales qui touchent les super-héros que nous ne sommes pas. Riche en questionnements sur l’évolution des mentalités et des comportements, exprimant les divergences troublantes de points de vue entre les générations, ce roman vous happe tant il contient une énergie du désespoir qui vient éclater devant vos yeux comme un éclair fulgurant. L’écrivain italien s’applique à peindre ses créatures avec un réalisme parfois cynique qui étonne dans un contexte « fantastique » mais il émaille aussi son récit de détails qui trahissent sa tendresse pour ces héros déchus et le roman en gagne encore davantage de justesse et d’émotions.
Cet été, Folio habille le livre d’un étui au super-pouvoir non négligeable: celui de résister au sable, à l’eau et à tous les voyages dans lequel il sera malmené…mais même s’il revient écorché, il sera un compagnon brillant assurément pour accompagner votre été!

Titre: La vie sexuelle des super-héros
Auteur: Marco Mancassola
Editions: Folio
Prix: 8,70€

« La Terre resplendissait sous ses yeux. Des masses blanches striaient l’atmosphère. Les couleurs de la surface devenaient de plus en plus vives, si chargées qu’on aurait cru celle-ci sur le point de se briser avant de mettre au monde une couleur inédite, jamais révélée, qui sait? Elaine gémit. Le monde était de plus en plus proche, avec ses nuances intenses, une bulle d’air, de matière et de chaleur. Le monde l’attendait. Le monde était en équilibre, suspendu sous ses yeux. Le vaisseau se remit à vibrer, et l’espace d’un instant, elle eut l’impression que c’était la terre qui oscillait, sur le point de tomber, semblable à un fruit mûr et gâté. Elaine tendit la main vers le hublot. »

A lire aussi:

La paupière du jour : une histoire à aimer qui conjugue vengeance, omerta et ruralité

Des jours parfaits : un roman qui a sa « petite musique » intime

Qui n’a pas imaginé de vivre la vie d’un autre ?

Le mauvais temps : « C’est bon, les autres, c’est chaud, c’est nécessaire. »

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à