Attention, les accalmies ne sont que passagères !

par

Par Soisic Belin – bscnews.fr/ Un artiste peintre en recherche d’inspiration, une scénariste farfelue, un scientifique coincé et une jeune femme en recherche du prince charmant, américain qui plus est! Soit une belle brochette de personnages stéréotypés, pour insister sur le côté comique et farfelue de cette pièce.

C’est une histoire de couples, qui ne perdurent pas, qui se brisent et se mettent alors à défier les lois de l’amitié. Quel est le rôle de l’ami lorsqu’il y a séparation? De qui doit-on être solidaire et de quelle manière? Les relations amicales peuvent-elles évoluer vers l’amour? Y- a-t-il des «trop loin» à ne pas tenter? Les personnes peuvent-elles changer à la demande d’autrui? Les rêves sont-ils réalisables ou sont-ils juste des moteurs qui nous poussent à nous dépasser? Voici donc les principales questions «fil rouge» que pose cette jolie pièce qui se joue au théâtre du Splendid (un lieu mythique, gage de qualité qui a vu éclore nombre de nos stars françaises). Du jeu de ces quatre comédiens, que l’on connait notamment pour leurs rôles dans la série «Plus Belle la Vie», on retiendra leur fraicheur et leur spontanéité, une gaieté appréciable pour une pièce estivale. On restera tout de même sur notre faim avec une mise en scène un peu trop légère et cette histoire assez banale d’amours qui s’entrecroisent et de quiproquos un peu trop vus .

Une pièce de Xavier Daugreilh,
avec Dounia Coesen, Grégory Questel, Valérie Vogt et Pasquale D’Inca.
Mise en scène par Thierry Harcourt et Stéphanie Froeliger,
(à voir entre amis)

Accalmies passagères
Au SPLENDID
48, rue du Faubourg St Martin 75010 PARIS
du mardi au samedi entre le 6 juillet et le 14 septembre 2013

A découvrir aussi:

Le monologue d’un joueur d’échecs : la force d’écriture de Stefan Zweig servie par une performance remarquable

Mademoiselle Else ou le dilemme d’une jeune fille en fleur

Frottez-vous au théâtre d’Harold Pinter: il va vous décongestionner l’intellect!

Théâtre : Venez partager la folle journée d’un avocat psychorigide

Operetta : On peut enfin rire à l’Opéra !

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à