fbpx
Laura Littardi - Inner Dance

Laura Littardi : Un Jazz loin des codes

Par Nicolas Vidal – bscnews.fr / Laura Littardi n’a qu’une seule règle : éprouver du plaisir à composer et à chanter en s’affranchissant des règles et des conventions qui tétanisent certains artistes. Le Jazz est pour elle un espace de liberté qu’elle célèbre une nouvelle fois dans Inner Dance, un album séduisant. Laura Littardi met en avant sa spontanéité musicale poussée par ses propres émotions avec lesquelles elle modèle ses albums. Un vent frais souffle sur la scène française.

propos recueillis par

D’où vous vient cet amour de la Soul et de la Pop des années 1970 ?
C’est la musique que j’ai beaucoup écouté à mon adolescence. C’était une époque bien particulière et cette musique, qui venait d’un autre pays que le mien, représentait pour moi tout ce qui était possible : la découverte, les voyages, les rencontres…
Et la Soul vibre au plus profond de mon âme !

Quelles sont les passerelles entre cette musique et le Jazz ?
L’état d’esprit du Jazz : la liberté d’expression, la curiosité, l’espace des possibles, l’improvisation, qui laissent libre cours à la créativité.

Vous dites « avoir horreur des étiquettes ». Inner Dance semble être la parfaite expression de cette conviction ?
Merci de le ressentir comme ça. Les étiquettes nous enferment, elles ne permettent pas d’aller à la rencontre de l’inconnu, et de ce qu’il y a de plus vivifiant dans la vie, ce qui alimente aussi notre créativité. Cet espace de liberté est vital, comme respirer.

Comment avez-vous appréhendé les titres sur Inner Dance ? Avez-vous eu toujours cette envie de vous les réapproprier entièrement ?
Ça n’a pas été prémédité, j’ai été la première surprise !
Les arrangements et une interprétation plus personnelle ont pris forme tout naturellement au fur et à mesure que je choisissais les titres… un peu comme un enfant qui trouve de quoi s’amuser. Oui, amusant et sensitif, presque tactile… C’est la musique qui est venue à moi, je n’ai fait que l’accueillir.

Vous avez inséré quelques compositions personnelles. Comment avez-vous réfléchi à ce savant dosage dans ce nouvel album ?
Là encore, il n’y a pas eu de réflexion. Le processus s’est fait comme dans une connexion, une continuation fluide de quelque chose qui était là, à ce moment-là.

Vous êtes à la croisée des langues. Comment se fait le choix de la langue au moment de la création d’un album ?
Les « covers » étant en anglais, ça a été naturel d’écrire les textes de mes compositions dans cette même langue.

On vous sent totalement détachée des étiquettes qui collent souvent au jazz par certains puristes. Cette liberté n’est-elle pas au fond la quintessence de votre musique ?
Si c’est le cas, je remercie et j’en suis heureuse, puisque cette liberté d’être est aussi ma quête de vie !

Inner Dance est un album mêlé de sensualité, de poésie et de singularité. Était-ce l’idée de début ?
Au risque de me répéter, non, pas d’idée préconçue…juste l’intention de faire de la musique honnête.

Où serez-vous en concert dans les prochaines semaines ?
J’ai joué récemment au salon du Lutetia pour le « Festival St Germain » avec le guitariste brésilien Sidney Rodrigues le 31 mai et le 15 juin dans le cadre du « jazz club ».

> Retrouvez LAURA LITTARDI sur son site officiel www.lauralittardi.com et sur FACEBOOK – Laura Littardi sur Facebook

Lire aussi :

Reith-Demuth-Wiltgen : Le trio Jazz qui fait recette

Eric Legnini : le Jazz de tous les métissages

Red Baraat : La fureur musicale et métissée de New-York

Omer Avital : Le nouveau pape de la scène jazz new-yorkaise

Gretchen Parlato : la nouvelle vague du Jazz

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à