L’adolescence mouvementée de Britannicus et Nero

par

Par Claire Couthenx – bscnews.fr/ Britannicus et Nero : deux frères, deux noms sortis tout droit de l’histoire romaine, deux personnages que l’on imagine sous les traits de statues poussiéreuses dans une grande salle de musée.

Cependant ils ont bien été des êtres de chairs et de sang, et dans Où es-tu Britannicus, on les voit tels qu’ils ont véritablement pu être : deux adolescents perdus dans les méandres boueux de l’Histoire. « Tu es un empereur, bordel de merde, il serait temps que tu percutes. » Britannicus a treize ans au moment des faits, un an avant la majorité légale de son époque. Il vient de perdre son père, l’empereur Claude, mais ce n’est pourtant pas lui l’héritier désigné. C’est son frère, Nero, fils de la seconde épouse de son père, qui va accéder au pouvoir suprême. Les deux garçons se sont toujours sentis proches, et ce malgré une maladie qui coupe Britannicus du reste du monde. Mais les nouvelles obligations et les nouveaux amis de Nero, vont les éloigner l’un de l’autre. Britannicus devra faire face seul à sa destinée tragique, et à la promesse qu’il fit un jour à Nero. Sera-t-il fidèle à ce frère qui le délaisse pour jouer avec les ficelles du pouvoir ? Un roman poignant au personnage principal véritablement attachant, dans une ambiance à la Bret Easton Ellis plutôt que racinienne. Car, selon l’aveu de l’auteur , ce sont plutôt les romans de l’auteur américain, que la pièce Britannicus qui l’ont inspiré pour retranscrire le destin de ce jeune garçon. Frêle adolescent dont le passage éclair dans l’histoire romaine est tellement énigmatique, quasi fantomatique. Une tentative réussie de la retranscription de cette jeunesse dorée qu’ont dû vivre ces deux garçons ,« entre excès et lassitude », où les jeux de pouvoir gâchent des liens fraternels pourtant très forts. Un roman qui nous démontre une fois de plus que l’adolescence est un âge dur et complexe, et ce quel que soit le lieu ou l’époque dans laquelle on vit…

Où es-tu Britannicus ?
Romuald Giulivo
Ecole des loisirs, coll.Médium – 9 €
Avril 2013 – à partir de 12 ans

A lire aussi:

Au coeur de la Russie, une saga qui ne manque pas de Souffle

Quand l’amour a un goût de macaron

Lune Mauve : un roman pétillant aux couleurs fantastiques

Une vision poignante d’un destin contrarié par la cupidité humaine

Le Grillon : le récit touchant d’un enfant pirate

Rêves en noir : un thriller efficace

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à