Les tentations d’Aliocha : de l’idéal de la Madone à celui de Sodome

par

Par Florence Gopikian Yérémian – bscnews.fr/ Panta Théâtre © Tristan Jeanne-Valès/ Lorsque l’on va voir une pièce russe au théâtre, il faut s’attendre à des émotions fortes et antinomiques. Désespoir, amour passionnel et souffrance existentielle sont donc au rendez-vous de la nouvelle mise en scène de Guy Delamotte, Les tentations d’Aliocha.

Librement inspirée des Frères Karamazov, cette œuvre pourrait en être la suite envisagée par Dostoïevski. Elle concentre à elle-seule le paradoxe du peuple russe : quel que soit le lieu ou l’époque, il semble que le bonheur de cette nation ne puisse éclore que dans le drame. Le drame est ici un parricide : quatre fils dont un bâtard ont toutes les raisons du monde de vouloir mettre fin à la vie de leur père malveillant. Il y a Dimitri, l’exalté, rongé par le vice et la débauche. Ivan, l’intellectuel sceptique qui ne cesse de remettre en question son athéisme. Aliocha, l’homme de foi encore si jeune et si novice. Et puis, il y a Smerdiakov, ce dégénéré fourbe et vil que chacun traite comme un domestique. L’un d’entre eux commet le meurtre du père : il annihile ainsi cette ascendance infecte et damnée afin de se laver lui-même de cette filiation qui le salit et le contamine. Un chaos familial découlera de cet acte : l’un d’entre eux sera accusé du meurtre, l’autre en perdra la raison, le troisième remettra sa foi en cause et le dernier se pendra. Comme dans l’ensemble des romans de Dostoïevski, les personnages s’aiment et se triturent à souhait afin de mieux se construire eux-mêmes. Durant deux heures et demie, ces êtres sensibles et désorientés tentent de confronter leurs destins disparates en défiant le public sur une question cruciale aux yeux de Dostoïevski : Qu’en est-il de l’existence de Dieu ? Dieu existe-t-il ? Jésus est-il son prophète ? Détient-il la Vérité ? Et qu’en est-il de la race humaine : ne va-t-elle jamais cesser de succomber à la tentation ? Tentation de la chair, tentation de l’argent, tentation du meurtre…Dans un monologue galvanisant, la figure d’Ivan (superbement interprétée par Gilles Masson) déclame avec ferveur que l’homme est bien trop lâche pour pouvoir affronter sa liberté : Jésus a surestimé les capacités de la nature humaine, aucun être ne peut ressembler au Christ et vivre selon les principes d’amour et de liberté qu’il revendique ! Voilà pourquoi tous les Karamazov, livrés à leur libre arbitre n’arrivent pas à trouver le droit chemin et deviennent des dépravés ! Tous ? Non, pas tous ! Pas Aliocha ! Aliocha est un ange aux yeux de sa famille, c’est le seul parmi eux qui incarne encore l’espoir en refusant de croire au mal. Et pourtant…Et si Aliocha succombait à son tour ? Qu’en serait-il de cette fratrie ? Afin de le savoir, venez donc découvrir cette fresque métaphysique qui vous prend aux trippes. Sur fond de neige et d’images tournées à Saint Petersbourg, vous partagerez la quête incessante de rédemption des Karamazov. Nul doute que vous serez séduits par des acteurs aussi jouisseurs et exaltés que de vrais russes : liés par une complicité folle et malsaine, ils ne cesseront de se corrompre ou d’hurler comme des moujiks avant de noyer leur souffrance dans les effluves de leurs alcools trop forts. Ivres de violence, de culpabilité, ils s’approcheront tour à tour de chacun d’entre vous et tels de « Grands Inquisiteurs », ils vous demanderont : « Et vous, que faites-vous de votre liberté ? Etes-vous bien sûrs de votre innocence ?… » Allez, avouez,… vous commencez déjà à en douter…

Les tentations d’Aliocha
D’après Les frères Karamazov de Dostoïevski
Mise en scène de Guy Delamotte

Avec : Véro Dahuron, Catherine Vinatier, David Jeannne-Comello, Anthony Laignel, Gilles Masson, Timo Torikka.

Théâtre de l’Aquarium
La Cartoucherie – Paris 12e
Route du Champ de manœuvre
Loc. 01 43 74 99 61
www.theatredelaquarium.com

Du 10 au 24 mai 2013
Du mardi au samedi à 20h30

A découvrir aussi:

Sticky Betty : psyché d’une jeunesse désenchantée

Ernst Lubitsch revisité par une troupe Slovène

Un couple en danger : une locution ordinaire

L’affrontement : un débat sur l’Eglise entre Francis Huster et Davy Sardou

Je Pense à Yu : Quand le passé nous rattrape

Ça bourdonne chez les Capulet et les Montaigu

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à