fbpx

La garçonne : le best-seller des Années folles

par

Par Pascal Baronheid – bscnews.fr/ Dès avant la parution de La Garçonne, en juillet 1922, les éditions Flammarion optent pour une stratégie commerciale alors exceptionnelle, en annonçant « le roman le plus scandaleux qu’on ait jamais écrit ».

Le succès du livre sera à la mesure de la déflagration qu’il provoque : vingt mille exemplaires achetés en quatre jours ; près de trois cent mille à la fin de l’année. Déferlement d’articles de presse, plainte en justice de la Ligue des pères de famille nombreuse, séisme social, injures violentes. Il donnera lieu à un film immédiatement frappé de censure mais montré en Belgique où il déclenchera la colère des catholiques. Non, madame Iacub n’a rien inventé. Simplement, il en faut bien davantage, aujourd’hui, pour ébranler les dames patronnesses. Le 2 janvier 1923, l’auteur sera radié de la Légion d’honneur ; une première dans l’histoire de l’ordre. Tout juste réédité, ce roman contient-il encore de quoi fouetter une chatte ?

« La garçonne », Victor Margueritte, Petite Bibliothèque Payot, 8,65 €

A découvrir aussi:

Au bonheur des dames: une oeuvre rafraîchissante d’Emile Zola

Françoise Sagan : un chagrin immobile

Françoise Sagan : une force romanesque intacte

Virginia Woolf : Suis-je snob ?

L’ingénue libertine et la lectrice de Raymond Jean

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à