fbpx

Dessins contemporains : un atelier à éclairage zénithal pour exposer des œuvres sur papier

par

Par Florence Gopikian Yérémian –bscnews.fr/ Un nouveau salon du dessin ouvre ses portes aujourd’hui à Paris à deux pas de la Bourse. Installé sous la lumineuse verrière de l’atelier Richelieu (on ne pouvait mieux faire qu’un atelier à éclairage zénithal pour exposer des œuvres sur papier), cette manifestation accueille une vingtaine d’exposants émergeant de la nouvelle scène graphique européenne.

D’une pièce à l’autre, vous pourrez y découvrir une foule de petites galeries mettant à l’honneur le dessin sous toutes ses formes.Les techniques et les supports présentés sont extrêmement variables, ce qui confère au salon DDessin une réelle fraicheur créative : l’artiste Mariano Angelotti compose des paysages floraux au fusain sur d’immenses panneaux circulaires, la brodeuse Lucie Picandet dessine du bout de son aiguille et invente une écriture ambivalente faite de traits et de volutes de fil. Dans un genre plus scolaire, Thibault Lucas opte pour le feutre vert incandescent et décline une série de douze champs miniatures évoquant les phases successives du jardin anglais de Peter Greenaway (Il faudrait y introduire une énigme! Pourquoi pas un meurtre caché à élucider au fil des panneaux ?) . Afin d’éveiller nos sens, la plasticienne Elsa Guillaume a choisi la malléabilité d’un papier gaufré pour créer un séduisant triptyque dédié aux Inuits (On a envie de laisser ses doigts parcourir chaque petit creux évoquant la neige molle et craquante de ces contrées froides). Plus classique, Sophie Rambert, nous offre un ensemble homogène de « Chutes » où des corps sculpturaux nous entrainent lentement dans le vide. Rendons également hommage au doyen du salon: Pierre Matthey, quatre vingt cinq ans. Grand amoureux de Goya, il a réinventé ses « Caprices » à travers une série de 81 dessins aquarellés d’une spontanéité enfantine! Beaucoup plus contemporaine, Marie Paul Lesage associe la vidéo à des œuvres « pachydermiques »: partie au Laos en 2006, elle a conçu des gravures réalisées avec la collaboration d’éléphants artistes ! Il en résulte des « éléformes » dont la légèreté et la grâce surprennent assez. Avant de quitter les lieux, n’oubliez pas de faire un tour par le « corner » des illustrateurs : sept jeunes artistes freelance y mettent en avant une spécialité à mi chemin entre l’art et la communication visuelle. Espièglement perchée sur ses talons bleus, Mlle Chat-chat se fera un plaisir de vous guider dans les arcanes de l’illustration de mode, si peu présente lors des salons artistiques français. Une sélection inédite et fraiche, ouverte à tous les curieux. A quand la prochaine édition du salon?

DDessin (13)
Atelier Richelieu
60, rue Richelieu – 75002 ParischatDu 12 au 14 avril 2013

Crédits-Images:

1.Mariano Angelotti – 2012
2.Mlle Chat-chat

A voir aussi:

Le primitivisme dans la photographie

Les 555 jours de Verlaine au Musée des Lettres et Manuscrits

Manet portraitiste à la Royal Academy of Arts

De main en main : le génie des sculpteurs de la Provence

Félix Ziem, alchimiste de la lumière

Eloge du marbre à la chapelle de l’Hôtel Biron

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à