Marc-Antoine Mathieu : Voyage au bout de la mise en abyme

par

Par Julie Cadilhac –bscnews.fr/  » Récapitulons… Nous sommes donc nulle part, sans espace, sans temps…et sans histoire. « 

Même si Marc-Antoine Mathieu l’a depuis longtemps prouvé, ce Décalage vient confirmer encore ses qualités scénaristiques et graphiques: sa maîtrise du dialogue d’abord – finement ciselé et feu d’artifice constant de prouesses sémantiques que provoque un verbe talentueux ; son trait singulier et saillant ensuite,admirablement colorisé d’aplats noir et blanc à l’esthétique attirante ; son incroyable capacité à imaginer des situations aussi loufoques qu’absurdes au travers desquelles il porte une réflexion philosophique et littéraire passionnante; et enfin cette capacité à surprendre le lecteur ,en passe de devenir une marque de fabrique, une des caractéristiques intrinsèques de son art. Ainsi oui ! cette nouvelle aventure de Julius Corentin Acquefacques mérite un tonnerre d’applaudissements. Délicieusement déjanté, bougrement spirituel et sacrément drôle , Le décalage offre aux lecteurs l’occasion d’une balade atypique et enthousiasmante au cœur du néant que provoque  » peut être  » ou  » peut-être pas » le manque d’inspiration. Noyés au milieu d’une page qui ne veut pas s’écrire, paralysés par la disparition inexpliquée du héros principal, quatre personnages en quête de leur héros errent dans le néant d’une histoire qui ne s’écrit plus ou du moins qui prend des tournures fort étranges. Sans héros, les quatre compères semblent penser qu’ils se noient dans l’incommensurable oubli …mais la vie, joueuse et créatrice de rêves éveillés, leur prouvera que l’histoire ne manque de ressorts même lorsqu’elle stagne dans un immobilisme inquiétant et paralysant : une démonstration périlleuse dans laquelle le risque était grand de s’enliser mais que réussit l’auteur. Marc-Antoine Mathieu a l’art du décalage métaphysique, des contrepèteries jubilatoires et des grands riens qui sont tout, CQFD. Oui, vous allez le voir : même lorsque l’histoire s’enfonce sous des tonnes de sable et laisse place à un néant profond, elle reste tout de même une histoire! Indécrottable, elle demeure. Même une histoire sur rien du tout, paradoxalement c’est encore une histoire. Voilà peut être l’une des premières démonstrations que souhaite nous faire le génial Marc-Antoine Mathieu : même si , de surcroît pour ses protagonistes, l’histoire ne vaut rien, au final tous réalisent que rien ne vaut l’histoire et ils s’obstinent, page après page, à rattraper les vignettes, à retrouver la case qui les ramènera dans une fiction confortable au scénario moins chamboulé spatio-temporellement. Oui, même lorsqu’elle repose sur le rien , ces petits riens forment un tout dont on ne pourra dire dire que du bien! A découvrir absolument! Une bd qui incite à enfourcher son lit et à s’envoler pour le pays dément de l’imagination!

Titre: Le décalage
Auteur : Marc Antoine Mathieu
Éditions: Delcourt
Parution: mars 2013

A lire aussi:

Beauté : le conte qui venge les vilaines !

Cézembre : Une fiction au coeur de la tourmente de la seconde guerre mondiale

Quand Honoré de Balzac devient un assassin scribouilleur

Alter Ego : une nouvelle expérience de lecture forte de suspense

Zaya: un thriller d’anticipation au graphisme superbe

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à