Donald Ray Pollock : ses premiers pas littéraires

par

Par Nicolas Bodou – bscnews.fr / Donald Ray Pollock, désormais célèbre grâce au brillantissime « Le diable tout le temps », a publié quelques années auparavant un recueil de nouvelles ; « Knockemstiff », du nom de sa ville natale.
Paru en France il y a trois ans, il est aujourd’hui réédité en format poche. L’occasion de découvrir les débuts de cet incroyable écrivain qu’est Donald Ray Pollock.

Knockemstiff est une petite bourgade de l’Ohio ; lieu maudit des dix-huit nouvelles de Donald Ray Pollock

Dix -huit nouvelles poisseuses, glauques, dans cette autre Amérique. Knockemstiff, ici, la cruauté est un art. Ici, on tue le temps en détruisant le peu d’humanité qu’il reste.
Le peu de rêve osant s’aventurer là-bas est vite balayé par la réalité des fantômes peuplant ce bout du monde.
L’alcool, la drogue, la misère sexuelle, la violence sont les pierres angulaires de cet édifice putréfié.
« Tout est compliqué quand on est en vie, même pour les experts »
Chaque page nous plonge un peu plus dans une noirceur infinie.
Tant de laideur est insoutenable, voir impossible, même l’enfer ne semble pas vouloir d’eux.
C’est peut-être cela qu’est Knockemstiff, un lieu entre le ciel et l’enfer, où ces êtres èrent en attendant d’être emportés. Donald Ray Pollock, semble voué l’existence dans ce récit, à une chute vertigineuse dans les méandres de l’abject.
Mais cette étrange réalité est servie par une écriture électrique, qui saisit à chaque phrase.
Une écriture violente, qui emporte, secoue et jette quiconque au fond d’un terrain vague,. Une prose qui pénètre l’âme.

Abattus par la misère, résignés mais pas encore morts, voilà ce qu’ils sont condamnés à être.
Donald Ray Pollock leur donne le temps du récit le droit d’exister et leur offre un ultime soubresaut avant une fin inévitable.

« Quand les gens en ville parlent de consanguins, en réalité ce qu’ils veulent dire c’est qu’il arrive de se sentir seul ». Donald Ray Pollock

Knockemstiff
De : Donald Ray Pollock.
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Philippe Garnier.
256 pages.
9,10 Euros.
Editeur : Libretto

Lire aussi :

Donald Ray Pollock : l’écrivain qui propose une autre idée de l’Amérique

Cyril Montana : le digne disciple d’Appollinaire

Alzheimer : Un livre poignant sur la maladie

Livre : pour frimer dans les dîners mais pas que …

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à