Jean-Marc Bourg dans la spirale des vers apocalyptiques

par

Par Julie Cadilhac –bscnews.fr/ Il faut saluer d’abord la performance de Jean-Marc Bourg ,comédien exceptionnel et capable de nous faire tenir plus d’une heure et demie face à un texte intellectuellement et esthétiquement exigeant.

Qui vive de Christophe Manon invite le lecteur ( et ici le spectateur) dans les méandres d’une conscience épuisée et infestée de tiraillements intestins qui le mèneront à la révolte. Suivre jusqu’à la mort un révolutionnaire, partager ses douleurs et ses interrogations , du noir initial sur le plateau jusqu’à l’anéantissement de l’être par la mort, un programme ambitieux lorsqu’on y ajoute une écriture hypnotisante et truffée de métaphores. Un conseil immédiat et salutaire si vous ne souhaitez pas être entouré d’autres bombes à retardement prêtes à exploser devant l’impression terrible que l’aiguille des montres a cessé de fonctionner? Evitez d’amener des adolescents ( même des lycéens) ou encore des spectateurs qui n’ont aucune affinité avec la poésie et les oeuvres conceptuelles. Règnent le macabre, le désespoir et le constat pessimiste d’un monde qui file droit vers une apocalypse ( méritée?)…aussi, même si, ça et là, quelques (rares) parenthèses de soleil s’immiscent, cette déclamation poétique reste une nourriture que tous ne pourront pas digérer.

Qui Vive de Christophe Manon- Texte publié aux éditions du Dernier Télégramme (2010)
Mise en scène: Sandrine Gironde
Avec Jean-Marc Bourg
Création musicale et spatialisation du son: Nicolas Deflache
Scénographie et vidéo : Olivier Irthum
Création lumière et régie générale : Jérôme Lehéricher
Costume : Isabelle Baietti-Gonord
Photographie: Emilie Salquèbre

Dates des représentations:

– Les 12 et 13 février 2013 au Théâtre d’Ô à Montpellier

– Le 15 février au Théâtre de la Mauvaise Tête, Marvejols

– Les 7 et 8 mars au TAPS SCALA, Strasbourg

– Les 12 et 13 mars aux Transversales, scène conventionnée de Verdun.

A découvrir aussi:

Christian Bobin : « Les livres, certains livres ressuscitent ce que le monde dans son inconscience allègre efface « 

Femme à modeler: matériau délicat utilisé pour créer des nus infinis

Jean-Louis Trintignant : un hommage émouvant à Vian, Desnos et Prévert

Jean-Louis Trintignant : »Dire de la poésie sur un plateau, c’est aller à l’essentiel, sans fioritures »

Les deux idées différentes de la poésie érotique

Une invitation à respirer le coeur d’un monde simple

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à