fbpx

Le Vicaire : quand le théâtre amène à réfléchir brillamment sur l’Histoire

par

Par Julie Cadilhac –bscnews.fr/ De facture classique, la mise en scène de Jean-Paul Tribout de son adaptation de la pièce de Rolf Hochhuth, usant d’un principe scénographique simple ( des bancs côté cour et jardin sur lesquels restent assis les comédiens qui ne jouent pas) est plutôt efficace.

Le texte du dramaturge allemand , centré sur les efforts vains d’un jeune prêtre romain et de Kurt Gerstein, un ingénieur allemand, militant chrétien anti-nazi ( mais cependant membre du parti) est passionnant.Lorsque la pièce était sortie en 1963, Pie XII était mort depuis cinq ans; or Rolf Hochhuth y dénonçait non seulement l’attitude du Pape mais également celle de toute l’Église catholique durant la guerre ; elle avait donc créé de nombreuses polémiques et attaques mais suscité également beaucoup d’intérêt. En 2002, elle a d’ailleurs fait l’objet d’une adaptation cinématographique nommée Amen par le réalisateur Costa-Gravas. Faisant référence sans cesse à des événements historiques, Jean-Paul Tribout réussit pourtant à faire entendre parfaitement le propos et, par le jeu limpide des comédiens, tout est miraculeusement intelligible. Voilà une pièce intelligente qui n’oppose pas totalement deux versions dichotomiques du conflit et des débats; en se contentant de montrer les positions de chacun, même si elle dénonce clairement la volonté de fermer les yeux du Vatican, elle explique les raisons de chacun et dénonce mieux ainsi l’immobilisme du Pape Pie XII vis à vis du génocide juif. Les arguments d’inquiétude vis à vis de la menace bolchevique de l’épiscopat qui argue qu’Hitler est une puissance alliée qui pourra éviter l’envahisseur russe et sa compassion uniquement verbale pour les juifs font frémir….Ainsi le texte laisse librement le spectateur pousser la réflexion plus loin : entre Hitler et Staline, l’Europe était prise entre deux menaces contre l’humanité ; le dilemne semblait inextricable. L’occasion de se faire un devoir de se souvenir qu’un grand Charles, soutenu par les forces britanniques et américaines, a mis fin à la barbarie des régimes totalitaires en Europe. Quand les leçons d’histoire envahissent les plateaux et ne le font qu’avec le parti pris de l’humanisme, on passe un moment instructif et salvateur.

Le Vicaire

Adaptation et mise en scène Jean-Paul Tribout

Avec : Claude Auraure, Mathieur bisson, Emmanuel Dechartre, Eric Herson-Macarel, Laurent Richard, Xavier Simonin, jean-Paul Tribout.

– Au théâtre Jacques Coeur à Lattes ( 34) pour la dernière représentation ( février 2013).

A lire aussi:

La Locandiera ou Les noces fades de Carlo Guidoni, Dominique Blanc et Marc Paquien

L’importance d’être sérieux et le plaisir de ne pas l’être

L’art et la science : un mariage rendu possible par la Cie Primesautier Théâtre

Masques, marivaudages et amours galvaudées

Les noces fantaisistes et burlesques du géant Rabelais et de la Cie Air de Lune

Laissez votre commentaire

Il vous reste

2 articles à lire

M'abonner à