Hitchcock : le duo Anthony Hopkins Helen Mirren qui fonctionne à merveille

par

Par Candice Nicolas – bscnews.fr / Comment est né le chef d’œuvre du thriller hitchcockien ou Cherchez la femme ! En effet, le « Hitchcock » de Sacha Gervasi s’attache à nous faire découvrir un épisode de la très grande carrière du maître du suspense « Hitch » (Anthony Hopkins), mais surtout l’importance de sa relation professionnelle et personnelle avec sa collaboratrice et épouse, la phénoménale Alma Reville (Helen Mirren).

Après le succès de « La Mort aux trousses » en 1959 – le vingt-cinquième film de sa « période américaine » (1940-80) qui succède à la période anglaise » (1922-39), déjà riche d’une vingtaine de films, il est fortement suggéré que le grand maître prenne sa retraite avant de ne s’essouffler. Pour éviter l’inévitable et prouver au monde entier qu’il n’a pas dit son dernier mot, Alfred Hitchcock va se lancer le plus grand des défis, au grand dam de son entourage, studio et producteur compris, et travailler à l’adaptation de l’horrible roman de Robert Bloch, qui relate les crimes du meurtrier et trafiquant de cadavres Ed Gein, le fameux « Psycho ». À noter que le pseudo tueur en série inspirera non seulement le personnage de Norman Bates, mais également ceux des protagonistes du « Silence des agneaux » (Thomas Harris, 1988) et de la franchise des « Massacres à la tronçonneuse » (1974-2013). Mais Hitch piétine, fantasme et psychose ! Alma, pourtant toujours présente lors des précédentes réalisations, s’éloigne des crises de son mari pour mieux se consacrer à un projet plus personnel avec son ami scénariste Whitfield Cook (Danny Huston). Entre tensions maritales et pressions financières, vont se succéder jolies blondes et visions cauchemardesques qui donneront naissance à la mémorable « scène de la douche »…

Un film assez intéressant sur la gestation et la naissance d’un des plus grands thrillers de l’histoire du cinéma, dont tout l’intérêt repose sur le duo Hopkins-Mirren qui fonctionne à la perfection. Le premier, grimé et grossi, est impressionnant en Hitch qui parvient à gérer à merveille son flegme britannique au bord de la crise de nerfs. Étrangement boudé aux Golden Globes, aux Oscars et aux BAFTA, Sir Anthony Hopkins donne toutefois à son autre moitié de nouvelles nominations bien méritées. On croit tout de suite à leur couple, leur histoire, leur passion pour le cinéma, et leur mariage collaboration-entente. L’ensemble du casting est plutôt réussi, avec une excellente Toni Colette et peut-être une interprétation de Janet Leigh par Johansson moins convaincante. Un beau travail également de décor et de costumes pour un plongeon au cœur des studios d’Hollywood.

Hitchcock (sortie le 6 février)
De Sacha Gervasi ; avec Anthony Hopkins, Helen Mirren, Scarlett Johansson et Jessica Biel.

A lire aussi :

Je vous ai compris : Du film à l’e-bd, une aventure de Franck Chiche

Fabrice Luchini : l’atrabilaire amoureux à l’Ile de Ré

Happiness Therapy : le succès étrange d’une comédie tout juste sympathique

L’Odyssée de Pi ou L’histoire incroyable du tigre qui affronta la mer

The Master : de grands acteurs et une cinématographie époustouflante

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à