Punk Rock : une jeunesse prometteuse porteuse d’un message sensible

par

Par Soisic Belin – bscnews.fr/

« Aucun animal, sauf nous, ne régit son comportement par l’intermédiaire d’une tierce personne… »Nous entrons dans un processus de régression. Le décor est planté, nous sommes dans un lycée où les rivalités entre les sections ne tardent pas à se faire sentir.Les dialogues simples fusent : racontars, rumeurs, les personnages se révèlent, la pièce dure 1h30 et il va falloir être rapide pour impliquer le spectateur.

L’homo refoulé, le mathématicien déjanté, le littéraire romantique qui se révèlera avec brio tout au long de la pièce, la grosse, la petite copine frustrée, le jeune homme charmeur et « la blonde nouvelle ».Ces jeunes gens sont tous mal dans leur peau mais il faut gratter le vernis pour s’en apercevoir … ce que la metteur en scène ( Tanya Lopert) nous fait comprendre au fur et à mesure. On ne saurait aller plus loin sans dévoiler ce qui donne tout son intérêt à cette pièce.Collant totalement à l’actualité, si elle ne l’explique tout de même pas, elle permet de tisser la toile de nos interrogations : regarder d’un autre angle le mal-être adolescent, qui mène parfois à de terribles dénouements. La Compagnie d’Ilya remporte son défi : mettre en avant une jeunesse prometteuse avec cette première pièce.

Le site officiel : www.punkrocklapiece.com

Punk Rock de Simon Stephens

Adaptation française de Dominique Holier et Adélaïde Pralon

Au théâtre 14

Mardi, vendredi et samedi à 20h30

Mercredi et jeudi à 19h

Samedi à 16h

Relâche : dimanche et lundi

A lire aussi :

Maria Callas: la voix mythique de Sophie Cecilia Kalos

Sony et ses gants de soie

DAF Sade – quand la luxure se joue à Montmartre

Gaspard Proust : seul sur scène

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à