fbpx

Montpellier: un hommage à Césaria Evora lors du 5ème Fest’afilm, festival du cinéma lusophone et francophone

par

Par Julie Cadilhacbscnews.fr/ A l’occasion du Fest’afilm organisé à Montpellier par Ferdinand Fortes, du 29 nov. au 2 déc. 2012, qui mettra à l’honneur cette année le Cap-Vert, sera projeté le film documentaire « Cesaria Evora, Destination Cap vert » d’Eric Mulet et Anaïs Prosaic, un hommage à la diva aux mornas nostalgiques et aux blues chaloupés. Une exposition photographique sera également consacrée à Cesaria Evora au travers de photos prises aux quatre coins du monde par le photographe Eric Mulet. Rencontre avec Anais Prosaic qui a suivi la « Diva aux pieds nus » de Lafayette en Louisiane en passant par New-York, New Bedford ( Connecticut) et au Cap Vert.

D’où est née l’ idée de ce documentaire ?A quelle occasion le projet s’est-il concrétisé?
C’est une commande d’Arte pour ouvrir une nouvelle série de documentaires musicaux, « World Collection », qui comporta six numéros (Cesaria, Gipsy Kings, Salif Keita, Taraf de Haïdouk, Carlhinos Brown, Nusrat Fateh Ali Khan) diffusés le samedi soir de septembre à novembre 1996. La production et les managers de Cesaria m’ont présenté Eric Mulet, photographe aux Inrockuptibles, qui avait commencé un très beau travail en film super8 sur Cesaria. Nous avons décidé d’actualiser et d’enrichir ce tournage avec de nouvelles chansons et un reportage sur l’actualité de Cesaria au Cap-Vert et aux USA, où elle venait de clore sa deuxième tournée américaine.

Si vous deviez citer deux qualités de Cesaria Evora, lesquelles serait-ce? Et pourquoi?
Très grande professionnelle, comme tous les « grands » que j’ai rencontrés ou avec qui j’ai eu le privilège de faire des films, que ce soit Bashung, Patti Smith, Marc Ribot, ou le professeur Etienne Klein… Et merveilleusement spontanée…

Si vous deviez raconter un moment émouvant lors de votre découverte de la Diva aux pieds nus, lequel serait-ce?
Avant le tournage, quand nous nous sommes rencontrés à New York, pour expliquer à Cesaria la direction de ce film, je lui ai dit que je voulais faire quelque chose dont elle soit fière, et qui fasse plaisir à ses petits-enfants plus tard…

Vous l’avez notamment suivi au Cap Vert….quels souvenirs gardez-vous de ce pays à l’honneur pour le Festa Film 2012?
Le Cap Vert est un splendide pays, pauvre et rude, qui a enduré beaucoup de misère, mais j’ai aimé l’art de vivre et l’état d’esprit fier et indépendant des gens de Mindelo, la musique, les bars, la gastronomie, les plages, les maisons, le volcan, l’Atlantique, les oasis de Sao Vicente…

Qu’avez-vous choisi de mettre en lumière dans ce documentaire?
Cesaria en 96 est au sommet de sa gloire, elle renaît, revit, prospère, peut gâter sa famille et ses amis et profiter de la vie, tout en se consacrant totalement à la musique, comme elle en a toujours rêvé. Un moment d’intimité avec une artiste en pleine possession de ses moyens et qui a rencontré la reconnaissance publique (et critique)…

Une anecdote amusante à raconter survenue lors du tournage?
Il y en a une que j’aime particulièrement mais trop privée pour la raconter… Sinon ce tournage était mon premier travail important depuis la fin de Megamix, le magazine musical d’Arte, et donc j’étais très absorbée, voire stressée par la responsabilité de la production. J’ai oublié pas mal de détails…

Quels ont été les retours du public sur ce film? d’abord pour les amoureux de sa musique ? ensuite pour les néophytes?
C’est une commande de télévision. Nous avons eu une presse excellente. Le film a été multidiffusé, il est sorti en dvd, épuisé aujourd’hui.

Si vous deviez enfin citer un titre de son répertoire, lequel serait-ce?
« Miss Perfumado »

Pour découvrir les actualités du festival, la page facebook du festival ICI

A découvrir aussi:

Montpellier : une zone d’autonomie littéraire ?

Montpellier : Les Internationales de la Guitare aux accents féminins

Rentrée littéraire : les éditeurs du Languedoc-Roussillon sur le pont

Montpellier : Le New York Times ne s’en lasse pas

Les Nuits de la Terrasse et del Catet 2012 : la culture s’invite au coeur des villages de l’Ouest du Biterrois

Laissez votre commentaire

Il vous reste

1 article à lire

M'abonner à