fbpx

Jérôme Ferrari: un Goncourt puissant et énigmatique

par

Par Laurence Biava – bscnews.fr/ Le sermon sur la chute de Rome est une allusion aux homélies que prononça Saint-Augustin en 410 à Heppone.

C’est un roman ambitieux, court, dense et rythme qui raconte la vie turbulente, compliquée et dramatique d’une famille corse sur quatre générations. C’est aussi un récit chaotique des membres d’une famille traversant le 20e siècle comme sur un radeau de survie. Tout part d’une photographie : on nous raconte Marcel le grand-père, ronge par le regret de n’avoir pu combattre en héros lors de la Seconde Guerre mondiale. Sa mélancolie incarne la France de l’entre-deux-guerres.
Il faudra Mathieu, l’un de ses petits-fils et Liberos, deux jeunes insulaires déplorant leurs diplômes de philosophie pour que l’histoire relatant la reprise de gérance d’un bar, mêlant envolées poétiques et narration de cet univers clos, s’envole. Ce roman raconte surtout, par d’habiles métaphores, les échecs et les désillusions de l’empire français du 20e siècle, la chute de l’empire de la culture, et la décrépitude d’un petit commerce, au fil des drames et des frustrations qui ont ordonné le pourrissement des idéaux de ces générations. Au fil des pages, les trames de ce microcosme, où se déploient les passions humaines, possèdent une dimension tragique redoutable. « Le démiurge n’est pas le dieu créateur, il ne sait même pas qu’il construit un monde, il fait une oeuvre d’homme. »
Peu de reproches à l’endroit de cet opus sauf le titre, trompeur, intello et prétentieux. Le regard de Ferrari est d’une pertinence rare : il n’y a qu’a voir la manière spectaculaire avec laquelle il évoque la grandeur et la décadence des hommes et leur furieuse solitude face a leur déclin, aspires qu’ils sont par l’idée de destruction, ainsi que par le pourrissement des situations. Le style est romanesque et flamboyant où tout bascule en permanence. Il happe le lecteur, parce qu’il fourmille d’idées, a la recherche d’un ailleurs permanent. Jérome Ferrari bâtit une oeuvre puissante et énigmatique, en quête d’équilibre chaque fois recommence. Le roman a été consacré par le Goncourt 2012.

Auteur: Jérôme Ferrarri

Titre: « Le sermon sur la chute de Rome»

Editions : Actes Sud


A lire aussi:

L’interview de Jérôme Ferrari pour le BSCNEWS : un regard poignant sur l’humanité et ses limites

Louise et Juliette: une saga familiale captivante et rythmée

L’averse : un roman éloquent comme le silence

Nicolas Rey : un style sans fioriture

Laissez votre commentaire

Il vous reste

2 articles à lire

M'abonner à