fbpx

Colors: un cocktail réussi d’improvisation théâtrale

par

Par Mélina Hoffmann- bscnews.fr / Vous cherchez un moyen efficace de lutter contre le blues et la grisaille du dimanche soir ? Direction le Théâtre du Petit Gymnase, à Paris, où vous accueille une palette de comédiens déjantés pour un show haut en couleurs !

Colors, c’est un spectacle vivant et complètement improvisé, dont le déroulement est remis chaque soir entre les mains du public qui choisit lui- même les thèmes à partir desquels improviseront les comédiens. Le principe est simple : dès votre arrivée, on vous demande de noter sur un papier un thème de votre choix ainsi qu’une sélection de couleurs. Puis, vous glissez votre papier dans une urne en vous demandant ce qui vous attend ! Avant de le découvrir et de vous laisser emporter par ce festival de couleurs, des élèves de l’EFIT (l’Ecole Française d’Improvisation Théâtrale dirigée par Esteban Perroy et Franck Porquiet) vous proposent un spectacle qui mérite tout autant le déplacement ! Je ne vous en dis pas plus, mais préparez-vous à un moment de franche rigolade ! On les garderait bien un peu plus longtemps sur scène d’ailleurs ! Mais il est temps pour nos cinq comédiens et comédiennes passionné(e)s de faire leur entrée dans les costumes de Miss/ Mister Purple, Chrome, Ruby, Orange, Yelow, Bordeaux, Gold ou d’autres couleurs encore selon les soirs. Et c’est au gré des thèmes proposés par… nous, spectateurs, et piochés au hasard dans la fameuse urne (vous vous souvenez !), que le spectacle s’écrit, dans une ambiance conviviale et chaleureuse (à tous les sens du terme d’ailleurs, car la température dans la salle monte très vite et très haut, soyez-en prévenus !). Si votre thème est tiré au sort, comme ce fut le cas pour moi avec le thème « Demain j’arrête de… » !, vous aurez alors le privilège de choisir comment celui-ci sera décliné en écoutant les débuts d’improvisation proposés par trois des personnages de votre choix ! Parmi les différentes tonalités proposées et propres à chacun d’eux – drôle, caustique, dramatique, fantastique, absurde… – c’est vous qui décidez ! Mister Purple et les autres s’effaceront alors pour devenir les personnages, objets ou concepts qu’ils incarneront. Et c’est presque essoufflés mais conquis que l’on quitte la salle 1h30 à 2h plus tard pour aller saluer nos hôtes d’un soir ! Des comédiens à l’imagination et à la générosité débordante, des improvisations multivitaminées, des rebondissements à n’en plus finir, de l’émotion, du partage, beaucoup d’humour, et en prime un invité mystère renouvelé chaque dimanche et qui intègre la troupe dans le rôle de Miss/Mister White le temps d’un spectacle : vous l’aurez compris, Colors, c’est un cocktail de bonne humeur qui vous fera, à coup sûr, oublier l’arrivée du lundi matin !

L’interview d’Esteban Perroy:

A la suite d’une représentation, Esteban Perroy – créateur, producteur et metteur en scène du spectacle Colors, aux côtés de Franck Porquiet – a accepté de se prêter au jeu de l’interview pour le BSC News Magazine. Une rencontre forcément colorée, à l’image de cet homme drôle, passionné et chaleureux !

Pour la sixième année consécutive, Colors investit la scène du Théâtre du Gymnase à Paris chaque dimanche soir, devant un public toujours aussi conquis. Aviez-vous imaginé un tel succès ?
On espère, on fantasme toujours secrètement le succès d’un spectacle. Mais il ne suffit pas d’avoir de la chance pour que cela arrive. Il faut d’abord une communication efficace autour de l’événement. Mais surtout, pour qu’un spectacle fonctionne il doit apporter quelque chose au spectateur : de l’émotion, de la générosité, du partage, de la bienveillance, bref de l’humanité ; lui offrir la possibilité de s’échapper des problèmes de son quotidien, le surprendre. On voit notamment à Paris des spectacles qui fonctionnent mal malgré d’importants moyens financiers déployés et de grosses têtes d’affiche, pour la simple raison que les spectateurs n’y trouvent rien de tout cela. Pour provoquer l’acte d’achat le spectacle doit être formellement attractif, mais si le fond ne suit pas, les critiques seront d’autant plus dures et le bouche-à- oreille désastreux. Est-ce que nous avions prévu ce succès ? Non. Mais nous l’espérions c’est certain, et nous nous donnons les moyens qu’il continue d’être au rendez-vous les prochaines années. Quand un spectateur nous dit en sortant que le spectacle était « sympa », c’est certainement que de notre côté nous n’en sommes pas satisfaits. Nous allons alors débriefer pendant une heure avec l’équipe pour savoir ce qui n’allait pas. En revanche, si les spectateurs l’ont trouvé « génial, merveilleux, fantastique, incroyable…» nous nous octroyons un peu d’apaisement en se disant que « ce soir, on a fait notre job ». Nous voulons que les gens sortent éblouis, enjoués, qu’ils n’aient qu’une seule envie : revenir la semaine suivante parce qu’ils auront partagé avec nous un moment où ils auront ri, où ils se seront sentis bien, où ils auront eu un peu foi en l’humanité. C’est peut-être prétentieux mais l’objectif reste de transmettre du bonheur et de joie de vivre à des spectateurs qui nous font l’honneur de payer pour venir nous voir.

Comment en êtes-vous venu à l’improvisation ? Pourquoi ce choix ?
J’ai rencontré l’impro par hasard il y a 20 ans. J’étais en école de commerce à Grenoble, et il m’a fallu choisir entre trois matières optionnelles : graphologie, improvisation ou psychologie de l’acheteur. Etant plutôt grande gueule, je me suis dit que j’allais prendre impro pour cartonner. Grossière erreur, j’ai morflé pendant plus de 10 ans ! Dès lors il m’a fallu me battre contre moi-même, mon ego et mes certitudes. Parce qu’être
grande gueule, dans l’impro, ça ne marche pas. C’est une discipline qui nécessite avant tout de la générosité, l’écoute et la curiosité de l’autre, beaucoup de respect et de l’abnégation. J’avais beaucoup de problèmes à résoudre avec moi-même à l’époque, et autant dire que j’étais loin de posséder toutes ces qualités. L’impro m’y a beaucoup aidé. Aujourd’hui, je suis heureux grâce à ça, et j’en ai fait ma vie.

Comment aborde-t-on une improvisation ? Y a-t-il des règles à respecter ? Des codes entre les comédiens ?
L’impro est une discipline artistique à la fois intellectuelle, physique et très ludique. Attention je ne parle pas du match d’impro qui est une forme spécifique de spectacle avec des règles précises. J’évoque la matière improvisation en général. Il n’y a pas de codes ni de règles, mais plutôt des techniques. Savoir écouter l’autre, apprendre à rebondir sur ce qu’il va proposer ou faire, travailler son imaginaire pour construire en temps réel, et sa mémorisation pour assurer la cohérence de l’histoire, des lieux, des accessoires créés, accepter de lâcher prise pour favoriser la spontanéité et la surprise… On y ajoute la partie théâtrale : être capable d’inventer et incarner un personnage, avec son visage, son corps, sa voix. Il peut s’agir d’hommes, de femmes, jeunes ou vieux, d’un animal, d’un objet, même d’un concept ; comme la mort est par exemple représentée par une faucheuse, je peux incarner le concept du mensonge, l’air du temps, etc.
Il faut travailler de nombreuses années sur l’énergie et l’incarnation de ce que l’on va faire avec son corps, sa voix, son visage, sa respiration, la manière dont on va s’ancrer dans le sol… Enfin, il y a la technique pure liée à l’improvisation, à savoir la capacité à constituer un nœud dramatique dans une histoire, à rebondir sur les propositions de l’autre et à renoncer parfois à une idée si la proposition de l’autre ne s’y prête pas. Il faut que les spectateurs et vos partenaires de jeu croient en les personnages qu’ils voient, qu’ils oublient les comédiens. C’est essentiel.

Vous participez au spectacle en tant que Mister Purple. J’allais vous demander pourquoi vous aviez choisi cette couleur, mais en voyant la coque de votre Iphone (qui est violette), j’ai une petite idée !
Oui ! (rires) Je peux vous montrer mon porte-monnaie aussi si vous voulez… Même mes chaussettes mais bon… ! J’ai toujours été fasciné par les couleurs, j’aime cette notion d’embrasement, de prismes, d’explosion de couleurs, de lumière que l’on retrouve dans chaque spectacle. Et le violet a toujours été ma couleur préférée, alors quand nous avons choisi les couleurs je me suis dépêché de choisir la mienne pour qu’on ne me la prenne pas !

Chaque dimanche vous recevez un invité spécial, généralement un comédien, qui endosse le costume de Miss ou Mister White aux côtés des autres comédiens. Quel est votre souvenir le plus marquant ? L’invité qui vous a le plus surpris ?
Nous avons eu beaucoup d’invités merveilleux. Je pense notamment à Bérénice Béjo, Nicolas Briançon, Isabelle Mergault, ou encore Michel Boujenah qui a fait preuve d’une générosité et d’une incroyable énergie sur scène. J’ai une anecdote qui remonte à une quinzaine d’années. Je venais de découvrir le film d’Olivier Dahan ‘Déjà mort’, dans lequel il y avait notamment Benoît Magimel, Romain Duris et Zoé Félix. Ce jour-là j’ai eu un coup de cœur pour Zoé Félix. L’année dernière elle est venue jouer dans Colors. A la deuxième impro, j’étais allongé à moitié mourant sur une île déserte, et elle m’a fait du bouche-à- bouche pour me réanimer – je n’avais rien demander à personne ! J’étais tellement ému que je suis resté scotché (ce qui n’a pas manqué de faire réagir les spectateurs). Nous étions en état de jeu, je n’étais pas conscience de la scène en tant que moment réaliste, je n’ai absolument pas profité de la sensation de ce baiser. Et puis, je savais que son compagnon était dans la salle donc ça n’aurait pas été très classe ! Voilà, c’était un moment incroyable, mais en même temps j’ai loupé le coche, je m’en veux un peu. (rires)
Un autre très bon souvenir : un soir, le comédien qui était prévu pour jouer le rôle de Mister White a annulé sa venue à la dernière minute. La salle était pleine, le spectacle était sur le point de commencer, et nous n’avions pas de Mister White. Et là, le régisseur du spectacle remarque la moto de Vincent Moscato – ancien international de rugby français, animateur radio sur RMC et comédien – garée devant le café d’à côté. A l’époque je ne le connaissais pas personnellement mais je savais qu’il faisait du théâtre et des one-man. Je suis allé le voir direct. Il était avec sa femme et son enfant, il ne savait pas qui j’étais, je lui ai expliqué la situation et mon problème technique en dix secondes… et il a dit « ok » ! On lui a commandé une pizza à l’arrache qu’il a englouti en trois minutes avant le lever de rideau… La soirée a été magique ! Il n’avait jamais fait d’impro de sa vie, il n’a pas eu le temps de se mettre la pression et était donc en lâcher-prise total ! Il a été extraordinaire et nous avons passé un moment inoubliable. L’un des plus beaux Colors sans doute.

Et qui aimeriez-vous recevoir ?
José Garcia, Marina Foïs, et le must du must serait Benoît Poelvoorde. Benoît si tu lis ces lignes, je te veux, tu es notre héros ! Nous t’offrons deux heures de lâcher prise totale sur la scène d’un merveilleux théâtre, tandis que 800 vierges aux yeux de nacre scanderont ton nom et que des cascades de miel et de myrtes couleront à tes pieds. Appelle- moi, facebook–moi !

La sixième saison de Colors nous réserve-t-elle quelques surprises ?
Absolument ! (Silence)

Nous n’en saurons donc pas plus !
Et bien non, c’est le principe de la surprise ! (rires) Pour le moment, je peux néanmoins vous dire que nous aurons dans les mois à venir notamment la visite de Michèle Laroque et Arthur Jugnot. Et peut-être une énorme surprise en janvier…

Quels sont vos projets pour les mois à venir ? D’autres spectacles en préparation ?
Je continue à donner, presque chaque soir, des cours à l’école française d’impro que je dirige avec Franck Porquiet qui est aussi le co-producteur de Colors et un partenaire de scène de longue date. J’ai des projets cinéma, notamment une comédie que j’ai co-écrite et qui sera produite l’année prochaine, ainsi que deux films prévus en tournage pour 2013. Un recueil de nouvelles devrait voir le jour courant novembre, intitulé ‘Contes de la Blanche-Nuit’ et illustré par Nicolas Perruchon, avec une dizaine d’histoires aux univers variés. Et puis côté théâtre, vous me retrouvez les dimanches soir au Gymnase pour Colors. Et également les vendredis et samedis soirs au Palais des Glaces pour ‘La Boîte de Pandore’, un spectacle plus intimiste avec seulement deux ou trois comédiens sur scène, des improvisations plus longues et un univers assez hilarant et très onirique.

Quelle question auriez-vous aimé que je vous pose ?
Que faites-vous ce soir ?

Et que m’auriez-vous répondu ?
On va boire un Mojito Framboise ?

Retrouvez les dernières actualités d’Esteban Perroy sur son site Internet :
www.remakebylysope.com

Dates des représentations:

Retrouvez ‘Colors’ tous les dimanches à 20h45 au Théâtre du Gymnase (Paris 10ème).
Et pour plus d’informations : le site Internet du spectacle www.colorsimpro.org

Laissez votre commentaire

Il vous reste

2 articles à lire

M'abonner à