fbpx

Quai Branly : une exposition qui nous tire par les cheveux

par

Par Soisic Belin- bscnews.fr/ Le cheveu, plus qu’un simple accessoire de mode, fait parti de l’individu et permet de le situer dans son rapport à « la norme » sociale.

Affirmation d’une résiliation à certains codes sociaux, fait de vouloir rentrer dans une communauté religieuse, esthétique…Symbole d’une rébellion ou d’un désordre ( aussi bien psychique, moral que physique), les cheveux, éléments extérieurs, flattent ou (pas) notre intérieur. De tous temps, l’homme a su utiliser sa chevelure pour exprimer volontairement ou involontairement son état psychologique. Le temps, la santé, la mode ont corrompu notre chevelure et l’ont domptée de manière plus ou moins agressive. A travers cette exposition plus thématique que chronologique, Yves Le Fur* nous offre une synthèse de ce que représente le cheveu et cela dans diverses cultures: le rapport de l’être à sa chevelure est complexe et divers selon l’éducation qu’il a reçue et la société dans laquelle il a vécu. Même si quelques notions peuvent paraître primaires voire stéréotypées ( la femme blonde évoque la douceur et la brune le côté mystérieux ….quant à la rousse elle se rapproche de la sorcellerie), on notera que ces « dictons » (si on peut les nommer ainsi) sont malheureusement ancrés en nous et qu’il est peut-être temps de les remettre en question! Cette exposition thématique est riche d’arguments; l’usage de diffèrents genres artistiques est appréciable (la photographie, la sculpture, la peinture, les coiffes ethniques, les objets souvenirs de la période romantique contenant des mèches de cheveux …). Le cheveu y apparaît comme le prolongement physique et symbolique de l’être. A notre époque où les extensions capillaires battent des records et où nos choix de coiffure pensent être guidés par un simple désir esthétique, ce parcours pose les bonnes questions. Coquetterie, maîtrise,séduction, trouble du genre,perte souhaitée/ perte contrainte, souvenirs, rites de passages, ornements, charmes magiques, trophées…que cachons-nous derrière nos cheveux? Sans tomber dans l’écueil d’une exposition trop complexe, Yves Le fur a su trouver la bonne mesure pour guider et encadrer ses visiteurs.

*Commissaire de l’exposition « Cheveux chéris »

Exposition présentée au Musée du Quai Branly : du 18 septembre 2012 au 14 juillet 2013.
En parallèle à cette visite un programme riche composé de conférences aura lieu dans le salon de lecture Jacques Kerchache.
Pour plus d’informations, n’hésitez pas à vous rendre sur le site du musée :

http://www.quaibranly.fr/fr/programmation/expositions/prochainement/cheveux-cheris/autour-de-lexposition.html

Le catalogue de l’exposition
Cheveux chéris, frivolités et trophées
coédition musée du quai Branly/ Actes Sud
22×28/ 272 pages-250 illustrations
Prix conseillé : 42 euros.

A voir aussi:

Obama’s America : les mille visages de l’Amérique

Panorama: le Centre Pompidou fête les 80 ans de Gerhard Richter

C’étaient des enfants : une exposition émouvante au coeur de la Shoah

Roms : Yves Leresche combat les préjugés

Les séductions du Palais: « Toute nourriture est bonne à penser »

Laissez votre commentaire

Il vous reste

2 articles à lire

M'abonner à