fbpx

Olmo Omerzu : un premier long métrage intéressant sur un monde adulte immature

par

Par Candice Nicolas – bscnews.fr / David (Martin Pechlát), Štěpán (JiriČerný) et Kateřina (Natàlie Rehorová), rentrent de leur réveillon de nouvel an. Sur leur chemin ils rencontrent deux jeunes garçons d’une douzaine d’années et Kateřina de leur demander d’aller leur acheter une bouteille de vodka. Les deux jeunes – jamais nommés (Vojtech Machuta et Jan Vaši) s’exécutent et se retrouvent chez Kateřina, pour passer une soirée dont ils se souviendront. Dans cet appartement, les enfants vont boire, fumer, vomir, et partager une tranche de vie, de nuit, avec des adultes sans hontes, sans tabous, et sans barrières.

David et Kateřina sont ensemble, mais il est déjà marié. David et Štěpán sont amis, mais Štěpán est amoureux de Kateřina. Les deux jeunes sont témoins de leur jeu sensuel triangulaire sans pudeur, et restent à contempler ce spectacle fascinant. Quand la musique est trop forte, un agent de police (Milan Mikulčik) frappe à la porte et pénètre alors le monde ambigu de cet appartement. Représentant la force, l’autorité, on pourrait attendre de lui de calmer la relation abusive de David et Kateřina, de remarquer la présence des enfants reportés disparus. Mais lui aussi fasciné par la personnalité et la sensualité de Kateřina, il reste dans l’appartement et participe aux jeux licencieux de cette jeunesse débridée.

« Une nuit trop jeune » est le premier long-métrage d’Omerzu. Il nous offre un intéressant portrait de la société adulte, qui pourtant n’est pas mature, et des relations entre désirs et pouvoir qui la définissent. La tension s’accroît sous les yeux des enfants témoins, qui ne sont peut-être pas sûrs de ce à quoi ils assistent. Les deux jeunes sont en effet bien moins blessés que les adultes qui s’entredéchirent devant eux. Dans l’appartement exigu, on cherche la sincérité des amours, des amitiés, sans la discerner, perdu dans un jeu des apparences qui pourrait tourner aux drames. On s’interroge sur le manque de réactions des deux enfants-témoins. Que pensent-ils des vapeurs de l’alcool, de la chaleur des danses sensuelles ? Sont-ils les victimes d’adolescents attardés sans complexes, ou regardent-ils d’un œil parfaitement indifférent cette mascarade qui se déroule devant eux ?

Le réalisateur Olmo Omerzu est né en 1984 à Ljubljana en Slovénie. De 2001 à 2003, il participe à l’édition du magazine « Stripburger », avec lequel il collabore pour plusieurs expositions européennes. Dans la même veine, il publie « Shadows », une bande dessinée en 2004. La même année il entre à la FAMU, l’académie de film de Prague, dont il sort diplômé en 2011, grâce à son film, « Une nuit trop jeune ». Après plusieurs courts-métrages, son moyen-métrage, « The Second Act » (2008) est remarqué dans plusieurs festivals, notamment au grand festival tchèque de Karlovy Vary auquel il obtient une mention spéciale. À noter que « Une nuit trop jeune » a fait, lui, son entrée par la grande porte à la 62e Berlinale.

Une nuit trop jeune ~ Příliš mladá noc (Olmo Omerzu, Slovénie/République Tchèque)
Photos : Endorfilm
Avec Martin Pechlát, Jirí Černý, Natálie Rehorová, Vojtěch Machuta, Jan Vaši et Milan Mikulčik.

À lire aussi :

Le désastre de Todd Berger : un vrai bonheur de situations cocasses

Jeux d’été : un film magique au style élégant et sec

Red Flag : Alex Karpovsky sur les routes de l’Amérique et du succès

Jonathan Lisecki : « Avec Gayby, je voulais réaliser le fantasme qu’un père gay puisse avoir un bébé « 

Teddy Bear : Un film intimiste à la limite du documentaire

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à