fbpx

Alex Hyde-White : Trois jours (d’Hamlet)

par

Par Candice Nicolas à Los Angeles (USA) – bscnews.fr/ / Alex Hyde-White (Pretty Woman, Indiana Jones …), acteur américain né à Londres, fils du grand Wilfrid (Antoine et Cléopâtre, My Fair Lady…) nous a accordé une interview lors de son passage en mars au International Family Film Festival d’Hollywood où les relations filiales ou fraternelles étaient au programme pendant quatre jours.

Hyde-White y a présenté son premier long métrage, entre documentaire et pièce filmée, Trois jours (d’Hamlet). De quoi s’agit-il ? En fait, d’un rêve d’enfance qui devient réalité, tout simplement. Interpréter le grand rôle d’Hamlet, dans la lignée d’un Laurence Olivier, Hyde-White en a rêvé pendant vingt ans, sans jamais en trouver le temps. Enfin, il l’a pris et ce, pour une expérience des plus originales, celle d’une lecture psychologique, d’une exploration artistique de la langue, des personnages shakespeariens mais également de l’intimité des comédiens.
Pour ce programme insolite, un casting d’amis et d’inconnus, de stars et de débutants. Trois jours, trois jours pour répéter ensemble, organiser la mise en scène, et surtout, se faire plaisir. Hyde-White aux commandes de cette aventure périlleuse se donne donc la part belle et le texte d’Hamlet. Il est entouré de grandes figures du petit écran, tel Richard Chamberlain (Shogun, Les Oiseaux se cachent pour mourir) dans le rôle de Polonius, père d’Ophélie (Iva Hasperger) et de Laërte (Peter Woodward), mais aussi de Stefanie Powers dans le rôle de la reine Gertrude, mieux connue pour son personnage de Jennifer Hart dans la série des années quatre-vingts, L’Amour du risque. Les comédiens doivent prendre connaissance de leur texte avant de se retrouver pour leurs uniques trois jours d’entrainement et de synchronisation ; et c’est comme à l’école, certains ont fait leurs devoirs, d’autres non. Le jour J, les acteurs gardent leurs scripts en mains, certains s’habillent alors que d’autres gardent leur tee-shirt de Manchester United. Dans la salle, la famille, les proches et les amis. Un vrai succès.

Si cette aventure s’est déroulée en 2009 sur ces fameux trois jours, le film-documentaire qui en a résulté a demandé des mois de montage. Le film est découpé en trois actes, comme au théâtre. Entre les scènes de répétitions se succèdent des extraits d’archives télévisées d’Alex et son père, des clips en famille d’Alex et ses garçons, et des interviews en coulisses des acteurs qui sont tous d’accord pour dire que Hyde-White est fou, mais qui ont tous signé sans hésiter pour rejoindre le projet en en savourant d’avance l’opportunité et l’originalité. Michael Allen, professeur d’études médiévales à UCLA (University of California, Los Angeles) s’est aussi prêté au jeu et intervient à plusieurs reprises pour donner son avis d’expert sur le dessein de la troupe et sur son intérêt dans le monde académique. Après les festivals, comme aux Raleigh Studios en mars, Palm Beach en avril, Trois jours (d’Hamlet) est déjà programmé dans plusieurs départements universitaires, de théâtre ou d’études cinématographiques, mais également de littérature et de philosophie. Hyde-White est un réalisateur, un comédien et un père comblé. Alors, à quand Roméo et Juliette ?

Quelques exemples en image : http://threedaysofhamlet.com/wp/videos/

Photo Piña DiCola.

Laissez votre commentaire

Il vous reste

2 articles à lire

M'abonner à