fbpx

Du foot au théâtre : un match perdu par Nadia Xerri-L

par

Par Nicolas Vidal – bscnews.fr / Monter une pièce de théâtre sur le football a ce petit quelque chose d’à la fois audacieux, délicat et totalement enthousiasmant. C’est presque une profession de foi de faire entrer le football dans un théâtre. Ainsi, cette perspective nous a poussés à aller voir la création de Nadia Xerri-L  » l’instinct de l’instant » jouée sur la Scène Nationale de Sète.

La pièce nous montre d’anciens joueurs professionnels et leur entraîneur qui se retrouvent pour entretenir le souvenir de leurs carrières passées dans une fête donnée dans l’hôtel-restaurant de l’ancien coach. L’idée est parfaitement intéressante, car elle aborde un sujet rarement traité: dans bien des cas, la reconversion des footballeurs professionnels est peu glorieuse. Hormis quelques exceptions, tous les footballeurs professionnels n’ont pas été des champions, n’ont pas fait soulever des stades entiers, n’ont pas gagné la coupe de France et la plupart d’entre eux redeviennent des anonymes avec pour seul bagage, le football. On imagine aisément les difficultés de réinsertion. Si l’on s’en tenait à ce postulat, le projet de Nadia Xerri-L paraissait pertinent. Mais tout se gâte franchement lorsque les comédiens entrent sur scène et virevoltent sous les portiques en fer, disposés çà et là sur la scène, telle une mise en exergue de la fébrilité de leur existence à travers les couloirs et les pièces de l’hôtel. Ces footballeurs, malgré leur sensibilité, leur passé, leur stature ou leur charisme, ne parviennent pas à nous faire entrer dans une histoire qui se disloque dès le début. Entre la star déchue du groupe qui commence l’apéritif en buvant au goulot, l’ancien attaquant qui vend des piscines, parle un langage châtié et distribue quelques réflexions philosophiques ( on pense à Stéphane Guivarc’h qui a joué la coupe du monde en 1998),on a peine à croire une seule seconde à la véracité du propos. Pour épaissir la pièce, il a été ajouté un jeune homme dépressif qui retrouve son père, une fille de supporter qui craque sur un joueur et une pièce montée de verres qui sert d’alibi à une pseudo comédie de moeurs qui s’essouffle dès la première gorgée. Les personnages ne correspondent pas à la réalité qu’ils miment et leur langage est totalement hors propos, quand on connaît un tant soit peu le monde footballistique. En somme, cette pièce n’est pas réaliste et montre au mieux une soirée de beuverie entre amis qui se retrouvent. Ils auraient pu être tout aussi perchistes que nageurs, jockeys ou cyclistes. Tout cela se finit sur un poème de René Char, récité dans la pénombre par l’ancien milieu de terrain, qui finit d’achever les bonnes intentions de cette pièce. Entre l’ AS Saint-Étienne de la grande époque, des footeux sur le retour et René char…. le grand vide!

Ecriture et mise en scène par Nadia Xerri-L – Compagnie Nadia Xerri-L
Avec David Botbol, Bertrand Ducher, Olivier Dupuy, Shams El Karoui, Vanille Fiaux, Hervé Guilloteau, Clara Pirali, Jean-Jacques Simonian

Automne 2012 (dates à préciser)
Théâtre Universitaire – NANTES (44)
L’instinct de l’instant

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à