fbpx

La belle affaire de Dreyfus

par

Par Marc Emile Baronheid – bscnews.fr / Sans tambour ni trompette, Arthur Dreyfus trace en littérature un sillon d’où germent déjà mieux que des promesses. Sa troisième semaison donne une moisson de seigle qui doit sa qualité à un ergot nommé Madec.

Stéphane et Laurence  ont trois garçons, deux blonds et un roux qui se tient à l’écart de ses frères. C’est Madec, auquel il arrive une mésaventure fatale. Seule Laurence sait. La famille passe des vacances en Italie. Une histoire de concombre traverse le récit, mais ce n’est pas elle qui pousse Laurence à se demander s’il est encore possible  d’avoir des valeurs de gauche sans se vautrer dans la débauche.
Madec est introuvable. Laurence propage la thèse de l’enlèvement ; elle voit grand pour son fils.  Encore faut-il entamer l’indifférence générale, secouer la police, intéresser les médias. Le frère de Laurence va s’y employer avec une redoutable efficacité.  Campagne de presse ponctuée – nom d’un pétard – d’une intervention de Yannick Noah, afflux de dons en espèces débouchant sur la création d’une petite entreprise de gestion de la solidarité.
Comment maîtriser pareille situation, dans un couple parental où « sporadique, le rapport sexuel était une sorte de flatulence » ?  
Dreyfus démonte et met à nu le mécanisme du fait divers, son exploitation pharisienne, la populaire illusion empathique, la pernicieuse niaiserie policière et sa propension au lynchage du maillon faible, l’exploitation politique de la détresse humaine.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               
« L’écrivain n’est jamais fidèle à la vérité. Il lui préfère sa petite sœur, la vraisemblance » prévient A.D. Poussée dans pareils retranchements, la vraisemblance devient accablante et réinvente la fabrication du crime parfait. La pulsion qui prend possession de l’écrivain relève-t-elle de circonstances atténuantes  ?
Pareil roman caméléon doit être accompagné du dernier album de  Térez Montcalm, enregistré en hommage à Shirley Horn, chanteuse de jazz qui n’a jamais consenti aux photos choc du malheur transformé en chansons. Face à la question de l’insalubrité morale posée par Dreyfus, son éthique apparaît comme un contrepoison dont l’interprète québécoise réalise une préparation magistrale.
« Belle famille », Arthur Dreyfus, Gallimard, 17,90 euros
« Here’s To You – Songs for Shirley Horn », Térez Montcalm, Verve/Universal, réf crystal : 2780143

Laissez votre commentaire

Il vous reste

4 articles à lire

M'abonner à